Le loto généralisé de l’industrie pharmaceutique internationale

« Réaliser le plus rapidement possible les bénéfices les plus élevés possible », c’est bien le rêve que poursuit toute spéculation à caractère financier. Un rêve qui s’inscrit dans l’agréable fiction selon laquelle l’argent pourrait, par lui-même, engendrer de l’argent. Ce qui est effectivement un tour de magie qui se vérifie tous les jours, et d’un bout à l’autre d’un pays comme … Lire la suite Le loto généralisé de l’industrie pharmaceutique internationale

Un petit tour du côté de l’horreur

Le moment n’est certes pas venu de lâcher la main de messieurs Even et Debré. Nous allons effectivement nous avancer un peu dans ces catacombes que creuse le capitalisme triomphant, au cœur même de la médecine du quotidien… et il vaut mieux ne pas glisser sur la fange qui s’y trouve répandue. Nous voici donc partis à la recherche – … Lire la suite Un petit tour du côté de l’horreur

Rien qu’un pourrissement par la tête ?

 Passionnément favorables à l’économie de marché, chantres du rôle du secteur privé dans le domaine du médicament, les professeurs Even et Debré nous procurent paradoxalement tout ce qu’il faut pour porter à l’échafaud l’ensemble des personnages qui, depuis une trentaine d’années, auront fait la richesse – étendue à l’échelle de la planète – de l’industrie pharmaceutique. Bien sûr, le mot « échafaud » est encore … Lire la suite Rien qu’un pourrissement par la tête ?

Le saccage prémédité et permanent des pistes de recherche

Par-delà l’éventuel effondrement des entreprises, la spéculation financière frappe par capillarité au cœur même de la recherche fondamentale en réduisant la profondeur des investigations nouvelles au profit des chemins déjà bien fréquentés. Tout ceci parce que, plus le plan de recherche est limité à la sphère du connu, mieux il est rémunéré, et déjà même par anticipation. Voyons comment MM. Even et Debré développent – dans … Lire la suite Le saccage prémédité et permanent des pistes de recherche

Economie du risque : Secouez-moi ! Secouez-moi !

La jouissance que produit la spéculation financière s’établit sur un paroxysme où la mort est le principal invité. Ce qui meurt, à l’occasion, c’est une partie du capital des entreprises qui sont entrées dans la danse. Or, il faut y insister, ce capital est lui-même le fruit du travail humain exploité un peu partout dans le monde, et depuis des temps immémoriaux. La … Lire la suite Economie du risque : Secouez-moi ! Secouez-moi !

Une recherche fondée sur la méthode de la roulette russe

Pourquoi le développement préclinique doit-il être le métier de l’industrie pharmaceutique seule ? Parce que c’est le temps du grand frisson. C’est ce que vont nous indiquer les professeurs Even et Debré. Rappelons tout d’abord que, grâce à eux, nous savons déjà qu’il s’agit d’une étape coûteuse et généralement longue de quelques années. Mais ils ne nous ont pas encore … Lire la suite Une recherche fondée sur la méthode de la roulette russe

Morituri te salutant

Selon les professeurs Even et Debré, en face d’une industrie pharmaceutique reine, le corps médical, pour autant qu’il prescrit les produits dernier cri qu’elle lui recommande, enfile le joli costume de carpette : (page 78) « La plupart des médecins spécialistes ou généralistes ne sont dans ce contexte que des exécutants agissant la main entièrement guidée, littéralement conditionnés, « pavlovisés » par l’industrie. … Lire la suite Morituri te salutant

Ce capital qui envoie l’Université cul par-dessus tête

Maîtresse de la distribution des maladies parce que maîtresse à la fois de l’invention, de la production, de la prescription et de la consommation – prolongée jusqu’à ce que mort s’ensuive – des diverses poudres de Perlimpinpin qui conditionnent la pratique médicale quotidienne en créant autant de points d’émergence possible d’une part significative d’effet placebo – en attendant l’effet … Lire la suite Ce capital qui envoie l’Université cul par-dessus tête

Monsieur le Capital, dessine-moi une maladie, s’il te plaît…

Avec leur façon de frapper très fort un peu de tous les côtés, MM. Even et Debré nous ouvrent parfois des horizons qui sont très éloignés de nous laisser dans la seule dépendance du mastodonte Sanofi… Comme si la douche écossaise devait également pouvoir leur être destinée aussi souvent que possible. A ce compte, il n’est pas certain que, du Sanofi, il … Lire la suite Monsieur le Capital, dessine-moi une maladie, s’il te plaît…

Quand la valeur d’échange dévore la valeur d’usage

Le marché du médicament a cette particularité, en France notamment, de n’être quasiment pas un marché. Pour l’essentiel, il se nourrit, par voie administrative, des prélèvements obligatoires effectués, à travers les cotisations sociales, par la Sécurité du même nom. La part qui lui en revient est donc tout simplement un trésor de guerre assuré pour autant que même … Lire la suite Quand la valeur d’échange dévore la valeur d’usage