Les étranges contradictions du témoignage du sioniste militant Margolin

Voici donc Margolin dans la case départ du parcours qu’il s’attendait à faire depuis un certain temps et qui menaçait de le conduire dans un camp d’internement soviétique, ainsi que n’avaient cessé de le lui dire certains de ses coreligionnaires, eux-mêmes très surpris d’une pareille attitude, et tout spécialement dans les conditions historiques du printemps … Lire la suite Les étranges contradictions du témoignage du sioniste militant Margolin

Pour le sioniste Margolin, tout (y compris le pire) plutôt que d’accepter l’hospitalité soviétique

Ce qui devait arriver arriva… Ce que Julius Margolin avait tant espéré se produisit enfin… « Le 19 juin 1940, à dix heures du soir, un milicien vint me prendre pour me conduire à la Milice. » (page 115)  Selon ce que Margolin nous a dit lui-même, c’est depuis mars 1940 que le passeport soviétique, qui … Lire la suite Pour le sioniste Margolin, tout (y compris le pire) plutôt que d’accepter l’hospitalité soviétique

Le grand regret de Margolin pour 1940 : que les Juifs n’aient pas su se dégager suffisamment du soviétisme

Négligeant, très soudainement, de ne plus mentionner le fait, délibéré, pour lui et certains de ses coreligionnaires de refuser d’opter pour la nationalité soviétique et de se déplacer dans une région éloignée de plus d’une centaine de kilomètres d’une frontière qui accumulait manifestement de grands périls, bien informé de la qualité des conditions de vie … Lire la suite Le grand regret de Margolin pour 1940 : que les Juifs n’aient pas su se dégager suffisamment du soviétisme

Le sioniste Margolin et la destruction du paradis sur terre

C’est donc alors qu’il est en proie à la certitude que jamais le pouvoir soviétique ne pourrait tenir tête à ce demi-million d’hommes, de femmes et d’enfants qui refusaient de s’éloigner de la dernière frontière qui les séparait de l’envahisseur allemand de la Pologne, et d’opter pour la nationalité soviétique, que Julius Margolin apprend qu’une … Lire la suite Le sioniste Margolin et la destruction du paradis sur terre

Printemps 1940 : le sioniste Margolin encourage le retour à Varsovie des Juifs réfugiés en Biélorussie soviétique

Tandis que Julius Margolin s’organisait à sa façon – qui était évidemment de résister, de toutes ses forces, au pouvoir soviétique -, et se préparait, conséquemment, à finir dans un camp d’internement, il constate que tout paraît s’arranger au mieux pour l’un de ses amis et pour d’autres Juifs : « Léon Schaffer n’opta pas pour … Lire la suite Printemps 1940 : le sioniste Margolin encourage le retour à Varsovie des Juifs réfugiés en Biélorussie soviétique

Le sioniste Margolin déclare sa préférence pour un internement par les Soviétiques…

De retour à Pinsk, sa ville natale désormais située en Biélorussie soviétique, Julius Margolin doit faire face, au printemps de 1940, à un événement qui découle directement de l’effondrement, en septembre 1939, de l’État polonais : « En mars, le passeport devint obligatoire, c’est-à-dire que les passeports polonais étaient retirés et remplacés par des soviétiques. » (page 96) … Lire la suite Le sioniste Margolin déclare sa préférence pour un internement par les Soviétiques…

Le sioniste Margolin face aux adversaires de la Pologne du colonel Beck

Pour effectuer un rapide séjour dans la région Est de l’ancienne Pologne, et plus précisément à Bialystok qui avait d’abord été occupée par les troupes allemandes avant que celles-ci ne dussent se retirer devant les Soviétiques appuyés sur les accords secrets annexés au pacte germano-soviétique, Julius Margolin se sera cru dans la situation de devoir … Lire la suite Le sioniste Margolin face aux adversaires de la Pologne du colonel Beck

Ces Juifs « extraordinairement heureux » dans la Pologne allemande de 1940

Après nous avoir indiqué qu’il avait tout de même tenté de dissuader son ami de rentrer en Pologne, Julius Margolin doit finalement en convenir : « Et Braun, de son propre gré, rentra à Varsovie en zone allemande, dans le ghetto juif dont il ne devait pas sortir vivant. » (page 91) Il nous fournit tout de … Lire la suite Ces Juifs « extraordinairement heureux » dans la Pologne allemande de 1940

Vœu sioniste de 1940 : tout (la Pologne allemande) plutôt que d’être Soviétique !

Sous l’autorité d’un sioniste qui l’avait tout d’abord connu à travers des écrits qui ne pouvaient rien lui laisser ignorer de sa personnalité politique réelle, le sioniste militant Julius Margolin est donc occupé à mener sa petite équipe sur le chemin d’un sabotage en grand des fonds de la bibliothèque de Pinsk, selon lui l’une … Lire la suite Vœu sioniste de 1940 : tout (la Pologne allemande) plutôt que d’être Soviétique !

Sabotage sioniste, en 1940, des trésors biélorusses et du patrimoine soviétique

Ayant évoqué la Pologne allemande et, par contrecoup, tous les crimes qui s’y commettent, Julius Margolin feint tout à coup d’oublier – en parlant d’« occupant » – le plébiscite qui a eu lieu là où il vit, c’est-à-dire en Biélorussie soviétique : « Rien ne pouvait aider l’occupant. » (page 75) Et voici comment se recrutent les mécontents, … Lire la suite Sabotage sioniste, en 1940, des trésors biélorusses et du patrimoine soviétique