Quand Daesh nous oblige à relire l’histoire coloniale de la France…

En perçant le mur de sable établi entre la Syrie et l’Irak, Daesh revient sur une Histoire vieille d’un siècle… Rappelons-le  aussitôt :  du  point  de  vue  des  impérialismes  occidentaux,  la  Première  Guerre Mondiale avait eu l’extrême mérite de faire imploser l’Empire ottoman qui, semble-t-il, n’était plus bon à autre chose… de leur point de … Lire la suite Quand Daesh nous oblige à relire l’histoire coloniale de la France…

De Jeanne d’Arc à Emmanuel Macron

Un ministre des Finances en quête de légende… Dans les Dialogues philosophiques qu’il publia en 1871 – tout juste au lendemain de la Commune de Paris -, Ernest Renan écrivait : « […] le but poursuivi par le monde, loin d’être l’aplanissement des sommités, doit être au contraire de créer des dieux, des êtres supérieurs, que le … Lire la suite De Jeanne d’Arc à Emmanuel Macron

Une éminence grise de Charles de Gaulle : Gaston Palewski

Selon Michel Debré, le « premier gaulliste par l’ancienneté  » aura été Gaston Palewski. En effet, on peut dater son ralliement à De Gaulle du 5 décembre 1934. Gaston Palewski Projetons-nous loin dans le temps… Resté célibataire presque toute sa vie, Gaston Palewski finirait par épouser, le 20 mars 1969, Helen-Violette de Talleyrand-Périgord (excusez du peu !), amie … Lire la suite Une éminence grise de Charles de Gaulle : Gaston Palewski

1946 : mainmise des Anglo-Saxons sur le schéma institutionnel français

En janvier 1946, après la démission de Charles de Gaulle de la présidence du Gouvernement provisoire, la question se posait de savoir sur quel système d’alliance son successeur allait être désigné, en présence d’une Assemblée nationale constituante à l’intérieur de laquelle deux partis – socialiste et communiste – avaient la majorité des sièges, et pouvaient, … Lire la suite 1946 : mainmise des Anglo-Saxons sur le schéma institutionnel français

1946 : À deux doigts du coup d’État militaire pro-Anglo-Saxons ?

De Gaulle parti le 20 janvier 1946, dès le lendemain il s’agit, pour l’Assemblée nationale constituante, de désigner un nouveau président du Gouvernement provisoire. De même que précédemment, les socialistes se gardent bien de faire valoir l’unité socialo-communiste et la majorité qu’elle forme à l’Assemblée issue du suffrage universel. Ils ont sans doute beaucoup mieux … Lire la suite 1946 : À deux doigts du coup d’État militaire pro-Anglo-Saxons ?

1946 – De Gaulle s’en allait-il vraiment ?

Parmi les éléments qui permettent de comprendre pourquoi Charles de Gaulle a démissionné de la présidence du Gouvernement provisoire le 20 janvier 1946, il y a donc cette note remise la veille par Michel Debré. Elle annonçait la survenue inévitable et très proche d’une crise répartie en cinq rubriques : une crise de ravitaillement, une crise … Lire la suite 1946 – De Gaulle s’en allait-il vraiment ?

De Gaulle 1946 : Tout est miné, sauvons-nous !

Comme nous l’avons vu, Charles de Gaulle n’avait dû d’être désigné à la tête du Gouvernement le 13 novembre 1945 qu’à la volonté des socialistes de ne tenir aucun compte de la majorité socialo-communiste obtenue à l’occasion des élections à l’Assemblée constituante le 21 octobre précédent. À son tour, De Gaulle avait tout fait pour … Lire la suite De Gaulle 1946 : Tout est miné, sauvons-nous !

1945 : Le parti communiste devient le premier parti de France

Au soir du vote du 21 octobre 1945, l’attelage référendum-élections-à-l’Assemblée-constituante mis au point, pour l’essentiel, par Jules Jeanneney sous l’autorité de Charles de Gaulle, a commencé à faire dévier la France d’un éventuel débouché institutionnel sur l’Assemblée unique, terreur des possédants depuis le temps de la Convention de 1793… Cette Assemblée constituante, très éloignée d’être … Lire la suite 1945 : Le parti communiste devient le premier parti de France

1945 : où se situe le front de classe ?

Au soir du 21 octobre 1945, le référendum ajouté, par De Gaulle, à l’élection des membres de l’Assemblée constituante, décide, par 96,37 % des suffrages exprimés contre 3,63 %, qu’il faut établir une nouvelle Constitution et, par 66,48 % contre 25,05 %, que l’Assemblée constituante qui vient d’être élue parallèlement ne sera pas souveraine, qu’elle dépendra d’une mini-constitution qui … Lire la suite 1945 : où se situe le front de classe ?

Les manœuvres constitutionnelles abortives de Charles de Gaulle

En 1945, c’est donc en opposition totale avec une très large majorité des diverses organisations issues de la Résistance, et réunies dans l’Assemblée consultative provisoire, que Charles de Gaulle et le gouvernement qu’il a su plier à sa volonté ont mis en œuvre, parallèlement à l’élection des membres de l’Assemblée constituante, un référendum destiné, d’une … Lire la suite Les manœuvres constitutionnelles abortives de Charles de Gaulle