Mikhaïl Gorbatchev aux affaires : je m’y perds et je t’embrouille…

,e Nous avons vu que, pour cette petite bourgeoisie « intellectuelle » dont Mikhaïl Gorbatchev est devenu la tête de gondole, le point d’appui principal se trouvait à l’étranger… et plus précisément dans le monde capitaliste anglo-saxon. Il s’agissait donc, pour elle, de réussir tout d’abord à avoir les coudées franches sur la scène internationale… Ainsi, au-delà … Lire la suite Mikhaïl Gorbatchev aux affaires : je m’y perds et je t’embrouille…

1985 – Mikhaïl Gorbatchev se vend immédiatement aux Occidentaux

Devenu Secrétaire général du Comité central du Parti communiste d’Union soviétique (11 mars 1985), Mikhaïl Gorbatchev avait aussitôt fait le ménage au plus haut niveau de l’État soviétique, mais il lui restait impossible d’avoir les mains libres en politique étrangère tant que le vieux et très expérimenté Andreï Gromyko, la mémoire vivante de la diplomatie … Lire la suite 1985 – Mikhaïl Gorbatchev se vend immédiatement aux Occidentaux

Margaret Thatcher associée à la manœuvre Gorby-Raïssa : business as usual…

Nous avons appris, de Mikhaïl Gorbatchev et de son ancien conseiller et biographe Andreï Gratchev, qu’en décembre 1984, le premier avait profité de son voyage à Londres, à la tête d’une commission parlementaire, pour s’avancer en catimini sur un territoire qui n’était alors pas du tout le sien : celui de la politique étrangère. Mikhaïl Gorbatchev … Lire la suite Margaret Thatcher associée à la manœuvre Gorby-Raïssa : business as usual…

Comment Mikhaïl Gorbatchev s’est fait les dents, à l’étranger, contre son propre pays…

Reprenons le fil de la montée vers les sommets du pouvoir soviétique de Mikhaïl Gorbatchev, comme a pu la vivre Andreï Gratchev qui fut son conseiller avant de devenir son biographe… Petit retour vers la fin des années soixante-dix : « Au fur et à mesure que la gérontocratie au pouvoir déclinait [certains] responsables locaux devaient se … Lire la suite Comment Mikhaïl Gorbatchev s’est fait les dents, à l’étranger, contre son propre pays…

La confrontation Est-Ouest telle que Mikhaïl Gorbatchev a cru la mettre dans sa poche

Nous avions constaté, grâce au témoignage de Mikhaïl Gorbatchev lui-même, que le lien avec l’étranger avait eu une importance très marquée dans la naissance de la perestroïka et de la glasnost… et que celles-ci reposaient sur une haine très marquée pour l’ensemble du soviétisme… Le paradis paraissait se trouver à l’Ouest… Il allait falloir trouver … Lire la suite La confrontation Est-Ouest telle que Mikhaïl Gorbatchev a cru la mettre dans sa poche

Quand Mikhaïl Gorbatchev partait à la découverte du « vrai père » de la perestroïka…

Nous avions vu, en lisant Andreï Gratchev qui fut l’un de ses conseillers, qu’à travers Mikhaïl Gorbatchev, une ouverture s’était offerte aux académiciens secrètement en rupture de ban avec le soviétisme. Cela s’était produit en 1979, lors de son accession au Politburo, l’instance principale du parti communiste. Or, ainsi que Gorbatchev le rapporte lui-même, l’événement … Lire la suite Quand Mikhaïl Gorbatchev partait à la découverte du « vrai père » de la perestroïka…

Mikhaïl Gorbatchev ou le délire partagé des démolisseurs de l’Union soviétique

Que se sera-t-il passé quelques années après la mort de Staline (1953), ce moment très attendu par la fraction des intellectuels soucieux de faire basculer le régime soviétique dans le camp occidental ? Mikhaïl Gorbatchev Andreï Gravtchev, dont il faut rappeler qu’il a été un conseiller très proche du Mikhaïl Gorbatchev triomphant d’après 1985, revient sur … Lire la suite Mikhaïl Gorbatchev ou le délire partagé des démolisseurs de l’Union soviétique

De Khrouchtchev à Gorbatchev : la piste de la trahison des « intellectuels »

Placé à la tête de la diplomatie russe par Boris Eltsine le 10 janvier 1996, Evguéni Primakov est alors une sorte de survivant de la perestroïka et de la glasnost. S’il en a vécu tous les déboires, il en a également connu les heures les plus exaltantes, heures tout au long desquelles ses pairs et … Lire la suite De Khrouchtchev à Gorbatchev : la piste de la trahison des « intellectuels »

Quand Evguéni Primakov ne voulait pas comprendre ce que c’est que l’OTAN…

Au lendemain de la chute magistrale de Mikhaïl Gorbatchev (25 décembre 1991), Evguéni Primakov, passé désormais au service de Boris Eltsine, était devenu directeur des Services des renseignements extérieurs (SVR) de la Fédération de Russie. Il avait alors eu le temps – il y resterait jusqu’aux tout premiers jours de 1996 – de voir de … Lire la suite Quand Evguéni Primakov ne voulait pas comprendre ce que c’est que l’OTAN…

Longtemps porté par la vague antisoviétique, Evguéni Primakov pressent soudain l’imminence de la catastrophe

Tandis qu’après les modifications introduites à l’initiative de Mikhaïl Gorbatchev par le IVe Congrès des députés du peuple (17 au 20 décembre 1990), Evguéni Primakov quittait le Conseil présidentiel pour le Conseil de sécurité, celui que l’on peut désormais qualifier de chef de l’État soviétique commettait l’erreur, comme nous l’avons appris d’Hélène Carrère d’Encausse, de … Lire la suite Longtemps porté par la vague antisoviétique, Evguéni Primakov pressent soudain l’imminence de la catastrophe