Même quand elle perd, c’est toujours l’Allemagne qui gagne…

« L’Allemagne victorieuse de la Seconde Guerre mondiale ? » (document n° 61) [Pour revenir au document n° 1, cliquer ici] À l’occasion de la vidéo qu’il a publiée le 8 avril 2013 sous le titre « Le pouvoir d’achat à la dérive », Alexandre Mirlicourtois nous convie à un petit exercice qui pourra toujours nous … Lire la suite Même quand elle perd, c’est toujours l’Allemagne qui gagne…

Mikhaïl Gorbatchev : Tout d’abord jouer l’agriculture contre l’industrie et l’armée

À travers ce que Mikhaïl Gorbatchev nous a dit de son propre parcours et de celui de sa famille, nous avons vu que, dans une région agricole comme celle de Stavropol, il était possible de sortir de la masse soviétique en obtenant des revenus relativement conséquents en espèces, et d’utiliser cela dans le cadre d’une … Lire la suite Mikhaïl Gorbatchev : Tout d’abord jouer l’agriculture contre l’industrie et l’armée

Mikhaïl Gorbatchev : un Soviétique qui confond économie de marché avec paradis sur terre

Une phrase rédigée par un Mikhaïl Gorbatchev dont on pourrait penser qu’il avait tout de même une certaine connaissance des travaux de Marx et de Lénine est proprement stupéfiante. La voici : « Mais la conclusion la plus importante que je tirai de mes voyages était que le niveau de vie de la population était supérieur en … Lire la suite Mikhaïl Gorbatchev : un Soviétique qui confond économie de marché avec paradis sur terre

Le jeune Mikhaïl Gorbatchev dans la cohorte qui a dynamité le Parti communiste d’Union soviétique

Nous avons vu que le jeune Mikhaïl Gorbatchev, responsable de la politique d’agitation du Komsomol de sa région natale se sera appuyé pendant un certain temps sur ce qu’il appelle des « fenêtres de la satire »… Il s’agissait de vitrines qu’il faisait installer dans les rues de Stavropol pour dénoncer, par l’image, ce qu’il pouvait y … Lire la suite Le jeune Mikhaïl Gorbatchev dans la cohorte qui a dynamité le Parti communiste d’Union soviétique

Gorbatchev : la contre-révolution par une démagogie de bon aloi

En sa qualité de représentant d’une jeune intelligentsia qui sait que, depuis la mort de Joseph Staline (1953), le parti communiste peut devenir pour elle une terre de conquête et assurer sa promotion massive à l’intérieur des structures d’État, Mikhaïl Gorbatchev tisse sa toile avec plus ou moins de précipitation et d’audace dans sa région … Lire la suite Gorbatchev : la contre-révolution par une démagogie de bon aloi

Mikhaïl Gorbatchev (1985-1986) : de trahisons en trahisons…

Si, en 1984, Margaret Thatcher s’était aussitôt précipitée aux États-Unis pour faire savoir à Ronald Reagan tout le bien qu’elle pensait de ce Mikhaïl Gorbatchev – encore un inconnu sur la scène internationale – qu’elle venait de recevoir très discrètement à Londres, qu’allait-il résulter de la première rencontre du même avec le président des États-Unis ? … Lire la suite Mikhaïl Gorbatchev (1985-1986) : de trahisons en trahisons…

Margaret Thatcher associée à la manœuvre Gorby-Raïssa : business as usual…

Nous avons appris, de Mikhaïl Gorbatchev et de son ancien conseiller et biographe Andreï Gratchev, qu’en décembre 1984, le premier avait profité de son voyage à Londres, à la tête d’une commission parlementaire, pour s’avancer en catimini sur un territoire qui n’était alors pas du tout le sien : celui de la politique étrangère. Mikhaïl Gorbatchev … Lire la suite Margaret Thatcher associée à la manœuvre Gorby-Raïssa : business as usual…

Comment Mikhaïl Gorbatchev s’est fait les dents, à l’étranger, contre son propre pays…

Reprenons le fil de la montée vers les sommets du pouvoir soviétique de Mikhaïl Gorbatchev, comme a pu la vivre Andreï Gratchev qui fut son conseiller avant de devenir son biographe… Petit retour vers la fin des années soixante-dix : « Au fur et à mesure que la gérontocratie au pouvoir déclinait [certains] responsables locaux devaient se … Lire la suite Comment Mikhaïl Gorbatchev s’est fait les dents, à l’étranger, contre son propre pays…

De Khrouchtchev à Gorbatchev : la piste de la trahison des « intellectuels »

Placé à la tête de la diplomatie russe par Boris Eltsine le 10 janvier 1996, Evguéni Primakov est alors une sorte de survivant de la perestroïka et de la glasnost. S’il en a vécu tous les déboires, il en a également connu les heures les plus exaltantes, heures tout au long desquelles ses pairs et … Lire la suite De Khrouchtchev à Gorbatchev : la piste de la trahison des « intellectuels »

Quand Evguéni Primakov ne voulait pas comprendre ce que c’est que l’OTAN…

Au lendemain de la chute magistrale de Mikhaïl Gorbatchev (25 décembre 1991), Evguéni Primakov, passé désormais au service de Boris Eltsine, était devenu directeur des Services des renseignements extérieurs (SVR) de la Fédération de Russie. Il avait alors eu le temps – il y resterait jusqu’aux tout premiers jours de 1996 – de voir de … Lire la suite Quand Evguéni Primakov ne voulait pas comprendre ce que c’est que l’OTAN…