Brassens, Brel, Ferré – Trois voix pour chanter l’amour

Les voici tous les trois rassemblés dans ce livre écrit à partir de ce qu’ils nous ont donné sur la question d’amour.

12 - Brassens, Brel, Ferré - Trois voix pour chanter l'amour

D’abord, le troubadour…
« Sur quel décor d’amour va se lever le rideau rouge où déjà s’inscrit l’ombre de Georges Brassens, en même temps que la silhouette si féminine de sa guitare ? Si celle-ci a quitté son étui pour paraître devant nos yeux attentifs, lui, nous le connaissons bien : pudique jusqu’à se saisir d’elle avec la délicatesse de l’amant du premier jour. » (P.11)

1 - Georges Brassens et sa guitare(Cliché Jean-Pierre Leloir)

*****

Du petit au grand Jacques, Brel aura traversé les espaces de la vie, à grandes enjambées, tel un Don Quichotte n’ayant jamais rencontré sa Dulcinée qu’en rêve… Pourtant, tout avait bien commencé avant que ses amours ne finissent en lambeaux dans les épines.
« Une silhouette à l’allure quelque peu dégingandée sort de l’ombre pour effeuiller, sur un air de tango, le joli temps des roses. Tout homme garde, au creux de son enfance, le souvenir d’une charmante cousine, qu’elle se prénomme Rosa ou Jocelyne, pour laquelle il a eu, gamin, des inclinations toutes particulières. » (P.93)

2 - Jacques Brel

*****

Ferré, celui dont le vague à l’âme se perd dans les profondeurs de la mer avant de revenir à la dure réalité d’une planète qui ne tourne pas rond…
« Et tandis qu’Elle tourne… la terre, voici Léo Ferré tout en rouge, tout en noir : “Vas-y la terre… moi j’ suis pas pressé ! Plus vite venu (1916 : cinq ans avant Brassens, treize avant Brel), et plus tard reparti (1993 : douze ans après Brassens, quinze après Brel), l’homme du Rocher n’en finit pas aujourd’hui de fouailler notre imagination en nous contraignant à utiliser tout ce que nous avons de sensibilité et d’intelligence pour le suivre du côté de la roulette de la vie, à deux pas des tempêtes fondant sur l’île Du Guesclin, et parmi les fantômes de Pépée et de Zaza qu’on voit rôder encore le long des murailles du château de Perdrigal. » (P.163)

3 - Léo Ferré


*****

 

12 - Brassens, Brel, Ferré - Trois voix pour chanter l'amour12 - Brassens, Brel, Ferré - Trois voix pour chanter l'amour, Editions Paroles Vives 2003, 280 pagesss

 

Éditions Paroles Vives 2003,
280 pages, 23 euros.
(Pour se procurer cet ouvrage,
cliquer ci-dessous)
Brassens, Brel, Ferré

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s