8 – Réflexion faite… L’État croate, les camps d’extermination des Ustaše (Oustachis), et les bombardements nazis et alliés sur les populations

Confrontés à ce qui s’annonçait comme une lutte victorieuse des Soviétiques (population civile et Armée Rouge) contre les nazis, il devenait urgent, pour les États-Unis d’Amérique du Nord, de se montrer…

Les forces aériennes de la Grande-Bretagne, dès 1940, et celles des États-Unis, à partir de 1942, avaient bombardé, à haute altitude, la France qui était leur alliée. Les bombes, souvent larguées à plus de 6.000 mètres, tombaient n’importe où, blessant ou tuant n’importe qui, détruisant n’importe quoi, mais pas toujours les cibles visées. Elles détruisaient de nombreux sites français, plus de 1.500 villes, grandes, moyennes, ou petites (Caen, Le Havre, Nantes, Marseille), des petits villages, des ponts, des voies ferrées, mais aussi des quartiers d’habitations…

Des Résistant(e)s en France ont déploré, pendant et longtemps après la guerre, les bombardements massifs et les destructions inutiles, venu(e)s des “Alliés”, qui faisaient de nombreux morts dans la population civile (hommes, femmes, enfants), alors que, présent(e)s sur le sol français, ils-elles – ces Résistants et Résistantes – auraient pu détruire, avec des moyens moins massifs, plus précis et plus appropriés aux lieux et aux nécessités de la guerre, ce qui était à détruire absolument.

Oui, mais, « America first »… qui dit destructions massives dit reconstructions et, donc, une économie capitaliste qui tourne à plein régime… Les Américains n’allaient d’ailleurs pas tarder à “offrir” le « Plan Marshall » à plusieurs pays d’Europe aux abois, dont la France, pour reconstruire y compris ce qu’ils avaient détruit inconsidérément.

Après la capitulation de l’armée allemande, lors de la bataille de Stalingrad (février 1943), le IIIème Reich allemand n’était plus aussi assuré d’une victoire finale.

Le 6 avril 1941, la Luftflotte (flotte aérienne) avait lancé, sans déclaration de guerre, la Strafgericht (Opération Châtiment) contre Belgrade qui avait duré jusqu’au 9 avril, détruisant l’armée de l’air yougoslave, mais aussi des bâtiments non militaires, des lieux de culture comme des bibliothèques, et entraînant de nombreuses pertes dans la population, environ 17.000 morts qui, pour la plupart, étaient des personnes civiles.

1941-6 Avril-Bombardements nazis de Belgrade (Yougoslavie)

Trois ans plus tard, les 16 et 17 avril 1944, les armées de l’Air des Forces anglo-américaines, fidèles à elles-mêmes, bombardaient à haute altitude, Belgrade, la capitale de la Yougoslavie, ajoutant des morts aux déjà nombreux morts. Elles bombarderaient de nouveau la ville les 21 et 24 avril, le 18 mai, le 6 juin, le 8 juillet et le 3 septembre.

1944-La rue Kicevska, Belgrade (Yougoslavie),
après les bombardements anglo-américains

Autrement dit, après les bombardements de la Luftflotte, en 1941, les Partizani avaient affaire aux bombardements des Alliés (Anglo-américains), en 1944. Belgrade a ce triste privilège d’être la seule capitale de l’Europe a avoir été bombardée, à la fois par les forces nazies et les forces alliées.

Dans les pays européens, telles la Pologne et la France, il n’y avait qu’une poignée de résistants et de résistantes qui s’organisaient pour lutter contre les troupes d’occupation nazies et fascistes mais aussi contre les collaborateurs(rices) de leurs pays qui accueillaient les occupant(e)s parfois à bras ouverts. La résistance yougoslave était parvenue, quant à elle, à s’organiser dès sa création, de la manière la plus efficace possible, contre les nazis et les fascistes : composée de 80.000 combattant(e)s, en 1941, elle en aura 800.000 vers la fin de la guerre, en 1945. [Chiffres repris de Russia Beyond, Boris Egorov, Ces unités militaires croates qui ont combattu l’URSS pendant la Seconde Guerre mondiale]

Le NDH [Nezavisna Država Hrvatska = l’ÉIC [État indépendant de Croatie], qui devait exister du 10 avril 1941 au 8 mai 1945, était une dictature avec, pour dirigeant, le Croate Ante Pavelić, qui avait fondé le mouvement des Ustaše (Oustachis) politiquement et militairement pro-nazi, pro-fasciste, et anti-soviétique. Le NDH avait envoyé l’une de ses trois unités croates de légionnaires pour combattre l’Armée Rouge, aux côtés des forces allemandes, dans la bataille de Stalingrad : ce sera la seule unité étrangère admise par le Führer dans sa guerre contre l’URSS.

Le NDH, dont le but était d’obtenir la pureté de l’ethnie croate, avait créé quelque 70 camps de concentration, d’internement, d’extermination dès la fin avril 1941 : il s’agissait d’y éliminer, d’abord et avant tout les Serbes, mais aussi les Tsiganes, les Résistant(e)s – y compris les partisan(e)s croates opposé(e)s aux nazies, aux fascistes et aux collaborateur(rice)s – et les Juif(ve)s. Certains de ces camps fermeront au fil des années de guerre, mais celui qui avait été créé en août 1941, à Jasenovac, et qui était le plus important des Balkans et le 3ème d’Europe, ne cessera ses activités génocidaires qu’en mai 1945. Le nombre d’hommes, de femmes, d’enfants massacrés dans ces camps s’élèverait à plus d’un million ; principalement les Serbes, mais aussi les Tsiganes, et les Juif(ve)s, ont payé un lourd tribut dans cet épisode yougoslave de la seconde guerre mondiale.

Sauf à se mettre des œillères, il est tout de même élémentaire, au regard de l’histoire passée, de comprendre pourquoi la Fédération de Russie, son armée, et son président Vladimir Poutine, ont envisagé, en cette année 2022, une opération militaire pour mettre un terme à la résurgence des nazis en Ukraine et à leurs massacres perpétrés notamment dans le Donbass contre la population russe et pour protéger la population de la Fédération de Russie des menaces voire des bombardements de l’OTAN, comme il y en a tant eu par le passé dans d’autres pays du monde : pour ne citer que les plus récents… Irak, Libye, Syrie, Yémen. Nous connaissons trop la politique dictatoriale de l’OTAN, faite de bombardements préventifs, stratégiques, tactiques, etc., qui, tout compte fait, massacrent les populations et détruisent les pays.

La Dame de Pique
22 mai 2022


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.