De Gaulle ?… un peu plus de 2 millions de morts… Quel poids dans nos inconscients ?

Après avoir indiqué le double caviardage de Charles de Gaulle sur le texte fondateur du Conseil National de la Résistance (« souverainement ») et de François Hollande sur le texte de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 (« la propriété »), passons à la piste qui s’en dégage… Rubens : Saturne dévorant un de … Lire la suite De Gaulle ?… un peu plus de 2 millions de morts… Quel poids dans nos inconscients ?

D’un caviardage à un autre

C’est donc en 1993 que j’ai fait cette petite découverte de la suppression rétrospective, par De Gaulle, de l’adverbe « souverainement » dans le texte fondateur du Conseil National de la Résistance tel qu’il paraît dans le deuxième tome des « Mémoires de guerre », Plon, 1956, page 445. Il en est résulté le livre « Fallait-il laisser mourir Jean Moulin? » que … Lire la suite D’un caviardage à un autre

Cette « souveraineté » proposée par Jean Moulin au peuple français en 1943, et dont aujourd’hui celui-ci, complètement avachi, se fiche comme de l’an 40…

En février 1943, Jean Moulin, venu à Londres, avait contraint Charles de Gaulle à faire figurer l’adverbe « souverainement » dans le texte fondateur de ce qui s’appelait à ce moment-là : le Conseil de la Résistance. Jean Moulin (1899-1943) En 1956, à la page 445 du tome des « Mémoires de guerre » dans lequel le Général  prétend … Lire la suite Cette « souveraineté » proposée par Jean Moulin au peuple français en 1943, et dont aujourd’hui celui-ci, complètement avachi, se fiche comme de l’an 40…

8 juillet 1943… Jean Moulin ?

Ce jour-là, le créateur du futur Conseil National de la Résistance mourait des blessures infligées par Klaus Barbie… À sa naissance, le petit Jean fut accueilli par un poème de son père, Antonin, l’incorrigible littérateur : « Un rayon de soleil sur tout son corps se joue, Dorant sa chair ; Une fossette s’ouvre et rit à chaque joue, D’un si … Lire la suite 8 juillet 1943… Jean Moulin ?

Petite affaire d’articulations symboliques

Ayant précédemment défini les articulations symboliques ainsi que je les entends (cliquer ici, pour y revenir), je vais poser maintenant la question de ce qu’elles sont dans l’ordinaire de nos vies… Hélas, rien que de l’impalpable, tant le temps du quotidien sait nous faire perdre ce fil d’Ariane. Avec cela que les premières à résonner avec … Lire la suite Petite affaire d’articulations symboliques

Juin 1962 : la révolution algérienne à la recherche d’elle-même

par Michel J. Cuny Trois mois après la signature des accords d’Évian (18 mars 1962) qui octroyaient une indépendance algérienne enchaînée à une coopération imposée par les anciens maîtres français, et dont on peut juger qu’elle tendait tout simplement à faire passer l’Algérie du colonialisme classique – c’est-à-dire féodal – au néo-colonialisme de l’économie de … Lire la suite Juin 1962 : la révolution algérienne à la recherche d’elle-même

L’horreur qui nous mine quotidiennement

On nous a tant parlé des camps de concentration, des chambres à gaz et de toutes les horreurs perpétrées ici ou là par le nazisme, que nous avons fini par croire que nous en avions été libérés. Bientôt, par la grâce de personnages de la dimension d’Hannah Arendt, nous avons découvert que nous ne savions … Lire la suite L’horreur qui nous mine quotidiennement

Le point d’origine de l’analyse marxiste

Dans un précédent article, ayant rangé sous la rubrique du matérialisme dialectique la mention faite, par Pierre Cot, de la division du travail, je vais m’arrêter ici, un instant, sur la problématique marxiste. Non sans avoir tout d’abord rappelé qu’en 1953, l’année même de la mort du meilleur disciple de Lénine, Pierre Cot a reçu … Lire la suite Le point d’origine de l’analyse marxiste

Un oiseau sur sa branche : Pierre Mendès France auprès de Charles de Gaulle

Dès son arrivée au commissariat aux Finances du Comité Français de la Libération Nationale en novembre 1943, Pierre Mendès France a souligné sa préoccupation principale : le sort des salariés en face des propriétaires des moyens de production, et la nécessité, qui en découle, de tout faire pour éviter l’inflation monétaire. Il y revient le 1er … Lire la suite Un oiseau sur sa branche : Pierre Mendès France auprès de Charles de Gaulle

Pierre Mendès France… Un rien de Front populaire face à Charles de Gaulle

Nous l’avons vu : dès sa thèse de doctorat (1928), Pierre Mendès France avait souligné que, dans les cas de modification de la valeur de la monnaie, les salariés sont les principales victimes. Un an plus tard, il écrivait dans Notre Temps (avril 1929) un texte qui permet de constater qu’il n’était pas un dangereux bolchevik : … Lire la suite Pierre Mendès France… Un rien de Front populaire face à Charles de Gaulle