D’un caviardage à un autre

C’est donc en 1993 que j’ai fait cette petite découverte de la suppression rétrospective, par De Gaulle, de l’adverbe « souverainement » dans le texte fondateur du Conseil National de la Résistance tel qu’il paraît dans le deuxième tome des « Mémoires de guerre », Plon, 1956, page 445.

Il en est résulté le livre « Fallait-il laisser mourir Jean Moulin? » que Françoise Petitdemange et moi avons publié en 1994. Pour se faire une idée plus précise de ce type d’écriture, et de ce que peut être l’accueil qui attend quiconque prétend remettre certains documents sur la place publique, il ne sera sans doute pas inutile de consulter ce qui est inscrit ici.

Le fait est qu’il y a une très nette résistance à la Résistance. En un peu plus de vingt ans, nous n’avons encore rencontré aucune personne qui nous ait offert son étonnement – ne parlons pas d’une éventuelle colère – à découvrir ce phénomène tout particulièrement choquant puisqu’il ouvre la voie à cette autre découverte que c’est bien De Gaulle et ses « services » qui ont livré Jean Moulin à Klaus Barbie.

Voilà où nous en étions lorsque François Hollande, le tout nouveau président de la république française, est venu à la tribune des Nations-Unies le mardi 25 septembre 2012 pour prononcer un discours que j’ai d’abord entendu en direct sur une radio française… Et tout à coup, j’ai ressenti comme un choc : il nous refaisait le coup du caviardage!…

Ecoutons-le :
« Je viens parler au nom de valeurs universelles que la France a toujours proclamées, des droits qui sont ceux de tout être humain où qu’il vive : la liberté, la sûreté, la résistance à l’oppression. » 

Ainsi donc, Charles de Gaulle n’est décidément pas le seul à bidouiller honteusement les textes fondamentaux…

En effet, ainsi qu’il l’annonce à mots couverts, le néophyte de la présidence de la République française appuie son premier discours à l’O.N.U. sur l’autorité qu’est censée lui donner la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789.

Et le voici qui oublie un tout petit quelque chose dans la liste qu’elle donne, dans son article 2, des « droits naturels et imprescriptibles de l’homme » : « la libertéla propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression ».

Après le faussaire De Gaulle, à propos des pouvoirs du C.N.R. :
« Afin que le Conseil de la résistance ait le prestige et l’efficacité nécessaires, ses membres devront avoir été investis de la confiance des groupements qu’ils représentent et pouvoir statuer sur l’heure au nom de leurs mandants. »,
nous nous trouvons maintenant en présence du faussaire Hollande, à propos des : « droits qui sont ceux de tout être humain où qu’il vive : la liberté,  , la sûreté, la résistance à l’oppression. »

Mais pas « la propriété » privée des moyens de production et d’échange ?… Tu m’étonnes, François.

Michel J. Cuny

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s