Le point d’origine de l’analyse marxiste

Dans un précédent article, ayant rangé sous la rubrique du matérialisme dialectique la mention faite, par Pierre Cot, de la division du travail, je vais m’arrêter ici, un instant, sur la problématique marxiste. Non sans avoir tout d’abord rappelé qu’en 1953, l’année même de la mort du meilleur disciple de Lénine, Pierre Cot a reçu le prix Staline pour la paix, distinction qui vaut, à travers lui, pour Jean Moulin.

Karl Marx (1818-1883)

Deux mots, donc, sur l’articulation des deux matérialismes : dialectique (matière en mouvement) et historique (rapports de classe)…

Pourquoi la production est-elle nécessaire dans le contexte de la condition humaine telle que nous la connaissons ? C’est qu’il nous faut vivre. Vivre n’est pas une affaire aussi simple qu’il y paraît, même si nous avons tendance à ne pas prendre ce problème sous l’angle qui est d’abord le plus impérieux : répondre aux nécessités de notre survie au sens biologique le plus étroit.

Dans L’Idéologie allemande, Karl Marx et Friedrich Engels écrivaient :
« Or, pour vivre, il faut avant tout manger et boire, se loger, se vêtir et maintes choses encore. Le premier acte historique, c’est donc la création des moyens pour satisfaire ces besoins, la production de la vie matérielle elle-même. En vérité, c’est là un acte historique, une condition fondamentale de toute histoire que l’on doit aujourd’hui, tout comme il y a des millions d’années, remplir jour par jour, heure par heure, rien que pour maintenir les hommes en vie. » (Marx, Œuvres, III, La Pléiade, 1982, pages 1058-1059)

Dans le monde d’aujourd’hui, en France même, nous savons que cette préoccupation ne rencontre pas toujours sa solution, comme si, pour certaines et certains de nos contemporain(e)s, l’ensemble des progrès des systèmes de production, l’ensemble de l’histoire des sociétés humaines, n’était plus qu’un astre lointain, absolument étranger à leur malheur… Ils se trouvent rejeté(e)s du temps et de l’espace, d’un temps et d’un espace qui ont été, qui sont, et qui seront longtemps encore un bien commun de l’humanité tout entière, sans que toutes et tous puissent s’y retrouver…

Si sa simple survie est une nécessité que chaque individu doit assurer d’instant en instant, qu’il en ait conscience ou pas, ne serait-ce que parce qu’il lui faut respirer, qu’il soit éveillé ou endormi, c’est donc au sens où elle ne cesse d’imposer sa loi.

C’est dans ce contexte fondamental que la production vient remplir un rôle qui est tout aussi nécessaire, articulé qu’il est avec les nécessités vitales. Or, en mode capitaliste de production, l’essentiel des instruments affectés à cette dernière tâche se trouvent rassemblés sous un unique maître : le capital. La main de l’ouvrier, la main de l’ingénieur, et celle de toute personne entrant dans le processus de production sont intégrées au capital.

Reprenons le problème en sens inverse… De son aboutissement actuel, remontons, avec Karl Marx, vers son origine historique :
« Il ne peut y avoir production que s’il y a instrument de production, cet instrument ne serait-il que la main ; la production est nécessairement aussi le fruit du travail accumulé dans le passé, ne serait-ce que sous la forme de l’habileté acquise et concentrée dans la main de l’homme primitif du fait de la répétition des gestes. Le capital est, entre autres choses, un instrument de production, et aussi du travail passé, objectivé. » (Fondements de la Critique de l’économie politique, I, 10/18, 1968, page 35)

Réunies en société, les mains, qu’elles soient sous la domination directe de capitaux concentrés ou de capitaux individuels (artisanat, professions libérales, etc.), qu’elles soient celles de fonctionnaires, de responsables politiques, de qui l’on voudra pour autant qu’il se range dans la population en activité, répondent – conduites qu’elles sont par les divers messages venus du cerveau – à une idée dont Karl Marx nous dit qu’elle est tout ce qu’il y a de plus banal :
« Dans la production, les membres de la société adaptent (produisent, façonnent) les produits de la nature en fonction des besoins humains ; la distribution détermine la proportion où l’individu participe à ces produits ; l’échange lui fournit les produits qu’il veut obtenir contre la quote-part touchée dans la distribution ; enfin, dans la consommation, les produits deviennent objets de jouissance et d’appropriation individuelles. » (page 40)

Or, en système capitaliste, cette coopération, pourtant réelle, est tout simplement traversée par la lutte des classes dont il est assez clair qu’elle condamne certains êtres humains à être rejetés de l’ensemble de l’histoire humaine qui devient pour eux, comme je l’écrivais précédemment, un astre lointain absolument étranger à leur malheur. De cette problématique, Karl Marx n’a jamais démordu : c’est ce qui fait son incomparable grandeur.

Michel . Cuny

Pour plus d’éléments concernant, tout à la fois, et dans la continuité : Karl Marx, Friedrich Engels, Vladimir Ilitch Lénine, voir la suite ici.

 
Publicités

Une réflexion sur “Le point d’origine de l’analyse marxiste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s