Petite affaire d’articulations symboliques


Ces articulations symboliques (un clic ?), que sont-elles ?

Hélas, rien que de l’impalpable, tant le temps du quotidien sait nous faire perdre ce fil d’Ariane.

Avec cela que les premières à résonner avec une certaine persistance surviennent en ce moment privilégié, mais parfaitement instable, qu’il me plaît d’appeler la « saison des amours » (l’adolescence ?).

Nous avons donc, si jeunes et si innocent(e)s, les meilleures chances de n’y voir goutte et de poursuivre le reste de notre vie avec toujours le regard à moitié mort.

Tellement que pour rendre la chose plus criante dans le noir total de l’époque présente, je passerai de l’activité sym-bolique (d’Eros, mais oui !) à l’activité dia-bolique (de Thanatos), et donc du lien à sa… rupture.

Avec comme satan-modèle le De Gaulle qui supprime, après la mort de Jean Moulin (un clic ?), l’adverbe « souverainement » dans le texte fondateur du Conseil National de la Résistance.

La France ? Un petit pays qui a laissé passer sa chance… et qui n’en sait toujours rien. 

Lacan

**********

Ce que les éborgnés que nous sommes ne peuvent pas voir… De quoi peut-il bien s’agir ?

Hélas, rien que du mouvement de la vie. Et pourquoi donc ne pouvons-nous pas le saisir ?

A tout prendre dans la perspective du « moi » (un clic ?) (et celui-ci, qu’en a-t-il à faire, de l’amour ? (un clic ?)), voir quoi que ce soit, ce n’est toujours que laisser son unique oeil rivé au même clou.

Nous devrions tout de même pouvoir faire mieux, non ?

Tout laisse d’ailleurs à penser (car, on ne peut pas manquer de le savoir depuis Freud et Lacan : « ça » pense pour nous) que ce n’est pas faute d’essayer, parfois, de faire mieux…

Après quoi, « ça » retombe (selon ce que nous pouvons en savoir) : le désir paraît ne plus y être.

Le désir ? (un clic ?) Mot redoutablement fourvoyé dans les embrouilles d’alcôve… s’il s’agit pour nous de continuer à afficher la triste figure des chevaliers nus d’avoir perdu non pas seulement leur souveraineté (qui donc s’en soucie encore ?), mais peut-être leurs bretelles… si ce n’est le reste.

Clic suivant : D’un caviardage à un autre

Michel J. Cuny


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s