Charles de Gaulle, le grand ténébreux missionné pour l’Indochine

Dès décembre 1934, Charles de Gaulle a donc été le poulain de Gaston Palewski qui lui apportait l’appui, d’abord indirect, du « conglomérat Wendel », c’est-à-dire d’une dynastie industrielle dont les origines remontent à la fin du moyen-âge. Mais, avant que De Gaulle devienne opérationnel – le deviendrait-il un jour et, à travers lui, l’armée française ? -, Gaston … Lire la suite Charles de Gaulle, le grand ténébreux missionné pour l’Indochine

Les Wendel, qu’est-ce que c’est ?

Du fait d’une décision – dont je développerai bientôt le contenu – prise par Charles de Gaulle dès le début de 1946, Jean Monnet – le futur père de l’Europe – a été branché directement sur les sommets de l’État français, et en dehors de tout contrôle possible par la population. Il s’agissait d’une petite … Lire la suite Les Wendel, qu’est-ce que c’est ?

Quand Philippe Pétain ouvrait la voie à Charles de Gaulle

Pour la classe dominante française, l’arrivée du maréchal Pétain au sommet de l’État – avec tout ce qu’elle emportait avec elle – était le fruit d’un long processus, mais aussi le retour à une époque bénie, celle du Second Empire, malheureusement frappé à mort par la Prusse de Bismarck en 1870-1871. Coupée des deux Bonaparte, … Lire la suite Quand Philippe Pétain ouvrait la voie à Charles de Gaulle

Quand les « petites mains » se prennent à vouloir fabriquer une Constitution anticommuniste

« Pris en considération » et non pas rejeté d’office, l’article 2bis, dont le but est d’introduire, dans la Constitution de 1958 qui était alors en discussion devant le Comité consultatif constitutionnel, un dispositif permettant d’interdire le parti communiste, revient à l’occasion de la séance du 6 août 1958. Ses promoteurs lui ont fait subir une cure … Lire la suite Quand les « petites mains » se prennent à vouloir fabriquer une Constitution anticommuniste

Quand le sang des uns fait la gloire – totalement usurpée – des autres

Tandis que Charles de Gaulle – sous-secrétaire d’État à la Guerre – était occupé avec Paul Reynaud – président du Conseil, ministre des Affaires étrangères et ministre de la Guerre – à donner le généralissimat des armées françaises à l’un des principaux protagonistes de la « catastrophe » survenue à Sedan quelques jours plus tôt (général Huntziger), … Lire la suite Quand le sang des uns fait la gloire – totalement usurpée – des autres

Quand le parti communiste était le noyau dur à éliminer de la politique française

Reprenons l’article 2bis que MM. Bruyneel, Barrachin et Chardonnet voulaient insérer dans la nouvelle Constitution autour de laquelle s’affaire le Comité consultatif constitutionnel en sa séance du 1er août 1958 :  « La liberté d’opinion et d’expression est garantie à tous. Toutefois les associations et groupements politiques doivent s’inspirer de principes démocratiques et n’accepter aucune obédience étrangère. » (Volume … Lire la suite Quand le parti communiste était le noyau dur à éliminer de la politique française

1938-1958 : Une histoire qui bégaie

Avant que le député Bruyneel ne reprenne ses assauts contre les votes communistes et après que Paul Reynaud, président du Comité consultatif constitutionnel lui ait rivé son clou quant à une éventuelle consultation du compte rendu analytique des séances précédentes, il faudrait encore que les membres de ce Comité de la dernière chance se convainquent … Lire la suite 1938-1958 : Une histoire qui bégaie

La hiérarchie dictatoriale bien comprise de la Cinquième République naissante

Du groupe de travail qui nous avait permis de voir briller MM. Bruyneel, Barrachin et Chardonnet sur les freins à apporter au vote communiste grâce à la Constitution en préparation en août 1958, passons à la séance plénière du Comité consultatif constitutionnel un peu plus tard dans cette même journée du 1er août 1958. Il faut tout d’abord … Lire la suite La hiérarchie dictatoriale bien comprise de la Cinquième République naissante

1940 : une défaite très bien organisée

L’homme autour duquel a tourné, en 1940, la catastrophe de Sedan était ce général Huntziger qu’on retrouverait à la tête de la délégation qui, dans le wagon de Rethondes, signerait l’armistice du 22 juin 1940, après une brève visite d’Hitler… Mission accomplie. général Huntziger  Quelle mission ? Celle qui avait été peu à peu installée dans … Lire la suite 1940 : une défaite très bien organisée