Cet impérialisme économique européen qu’Ursula von der Leyen se plaît à promouvoir avec un large sourire…

Bien décidée à ne s’en laisser conter ni par la Russie ni par la Chine, Ursula von der Leyen pouvait annoncer, dès son discours d’ « intronisation » du 16 septembre 2020, qu’à titre personnel tout autant qu’en sa qualité de figure de proue de l’Europe, elle s’était déjà embarquée bien au-delà de la mer Méditerranée…
« Lorsque j’ai pris mes fonctions, ma toute première visite à l’extérieur de l’Union européenne a été pour l’Union africaine, et ce choix s’est imposé tout naturellement. » 

Mieux :
« Trois mois plus tard, lors d’une nouvelle visite avec l’ensemble du Collège, nous avons établi nos priorités pour notre nouvelle stratégie avec l’Afrique. » 

Ainsi, les citoyennes et citoyens européen(ne)s se trouvent dès maintenant attelé(e)s à un char qui va bon train… sous la bannière d’un « nous » dont nous savons qu’il rassemble les « investisseurs »…
« L’Afrique sera un partenaire essentiel pour bâtir le monde dans lequel nous voulons vivre – tant en ce qui concerne les questions liées au climat que le numérique ou le commerce. » 

Sans doute, sous la pression irrésistible du « climat, du numérique et du commerce », le continent africain constituera-t-il un jalon « essentiel » dans la marche de l’Europe allemande vers la construction du « monde dans lequel » l’économie européenne conquérante trouvera agréable de vivre…

En effet, assure Ursula von der Leyen :
« Nous continuerons à croire en des relations commerciales ouvertes et équitables à travers le monde. »

« Ouvertes et équitables »… sans doute, mais gare à qui ne comprendrait pas, en Afrique ou ailleurs, que cela ne constitue pas une… fin en soi ! Et la présidente de la Commission européenne de l’affirmer aussitôt avec force…

« Non comme une fin en soi… » Joli affichage… de même sans doute que la face si agréable du « climat, du numérique ou du commerce »… « mais comme un moyen d’apporter la prospérité à nos pays et de promouvoir nos valeurs et nos normes ». 

« Valeurs et normes » dont nous savons – sans encore y être allé(e)s voir pour l’instant – que, dans la dimension économique et sociale, elles devront être celles de « l’économie sociale de marché », avec son aptitude toute particulière à mettre en œuvre le travail humain dans un cadre dûment établi… Et c’est bien ce que sous-entend, ici même, Ursula von der Leyen :
« Plus de 600 000 emplois en Europe sont étroitement liés aux échanges commerciaux avec le Japon. Et l’accord que nous avons récemment conclu avec le Viêt Nam a permis de garantir des droits historiques à des millions de travailleurs sur place. » 

Il s’agit là du « paisible » commerce… Pour atteindre cet objectif…
« Nous ferons usage de notre puissance diplomatique et de notre influence économique pour négocier des accords qui font la différence – des accords prévoyant, par exemple, des zones maritimes protégées en Antarctique. » 

Qui répondront – côté sourire – au souci du climat :
« Il s’agirait de l’un des plus grands actes de protection de l’environnement de l’histoire. » 

« Climat » qui peut s’allier au gentil « numérique » et offrir, jusqu’à l’autre bout du monde, des démonstrations de force (morale ?) dont nous aurions tort de ne pas nous inquiéter dès maintenant :
« Nous constituerons des coalitions extrêmement ambitieuses sur des questions telles que l’éthique numérique ou la lutte contre la déforestation – et nous développerons des collaborations avec tous les partenaires partageant les mêmes idées – des démocraties asiatiques à l’Australie, l’Afrique, les Amériques et à tout autre pays souhaitant y adhérer. » 

Tout cela devra donc se faire sous un affichage dont l’impératrice de l’Union européenne nous redonne le dessin…
« Nous œuvrerons à une mondialisation juste. Mais nous ne pouvons pas la considérer pour acquise. Nous devons mettre l’accent sur l’équité et sur l’égalité des conditions de concurrence. Et l’Europe ira de l’avant – seule ou avec des partenaires souhaitant se joindre à elle. »
 

Et gare à qui oserait se mettre en travers de sa route !

En effet, il s’agit de promouvoir « UNE NOUVELLE VITALITÉ POUR L’EUROPE ». C’est le cri que lance Ursula von der Leyen

Et si nous jetions un œil sur… l’économie sociale de marché…

Michel J. Cuny

L’article suivant est ici.

Pour revenir au début de cette série d’articles, c’est ici.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.