Rien que Sanofi, pour le meilleur (peut-être) et pour le pire (surtout)

Au-delà de ce que MM. Even et Debré nous ont présenté comme le top 10 des meilleures productions de Sanofi – nous avons vu en quoi ce panel était aussi peu concluant qu’il est possible -, voyons ce qu’ils font du reste :
« Toutes les autres molécules ne sont que des quasi-copies tardives des « me too [moi aussi] » de molécules originales étrangères, sorties un à dix ans avant elles. Aucune vraie création d’une nouvelle grande classe thérapeutique, qui serait imitée partout dans le monde. » (page 126)

Accablés, les deux professeurs qui, dès la page 24, avaient conclu, de leur auscultation de l’ensemble de l’industrie pharmaceutique française, « que sa disparition complète n’affecterait en rien la santé des Français », se répètent pour la multinationale qui seule devrait nous éviter le naufrage : (page 126, encore)
« La santé publique mondiale n’aurait pas été différente si Sanofi n’existait pas. »

Mais l’économie (française ?)… Mais la balance commerciale ?… Mais la balance des paiements?… Mais la présence de la France dans le monde?… Mais l’impérialisme (français ?) dans le contexte général de l’impérialisme capitaliste contemporain ? S’il ne s’agissait que de santé, n’est-il pas suffisamment clair que depuis longtemps, que depuis toujours, il n’aurait jamais pu être question de favoriser le développement d’un monstre (à l’échelle véritablement humaine de nos pauvres existences) d’une telle vacuité thérapeutique…

Ici, l’analyse de MM. Even et Debré est imparable, même s’ils ne nous diront pas qu’en la faisant, ils dressent le tableau de l’impérialisme occidental en matière de production et de commercialisation médicamenteuses :
« Sanofi sait copier, extraire, fabriquer techniquement, parfois améliorer (Taxotère), mais non inventer et il a raté la révolution biotechnologique et les biomédicaments.
Comparé aux 15 premières grandes firmes étrangères présentes sur le marché français, Sanofi se classe en queue de peloton. Il commercialise à lui seul en France 215 spécialités, contre 700 aux grandes firmes, 7 américaines, 2 suisses, 2 anglaises, 3 allemandes et 1 danoise, mais il se classe 14ème sur 15 pour les molécules les plus importantes de classes E1 et E2, et malheureusement en tête pour les molécules peu ou non efficaces, de classes E4 et E5, surtout pour celles qui sont totalement inefficaces, 13% de ses spécialités (E5). » (pages 126-127)

En l’état, il semble que, sur le plan de la santé, l’affaire Sanofi soit à peu près réglée : (page 131)
« L’avenir s’ouvre avec peut-être une grande percée dans les vaccins, mais il sera bien difficile de réveiller ce Booz endormi, avec un pareil retard biotechnologique, des molécules vieillies et un portefeuille vide. Là encore, l’Etat doit y aider. »

Comme il n’a jamais cessé de le faire, bien sûr : impérialisme oblige. D’où ce résultat étrange que Chris Viehbacher a pris ses fonctions de Directeur général d’un somnambule qui lui a tout de même permis de mobiliser immédiatement 20 milliards de dollars pour faire l’acquisition de Genzyme.

À condition d’entreprendre immédiatement cette grande lessive dont les professeurs Even et Debré nous indiquent où elle prenait à la fois sa nécessité et l’urgence de sa réalisation : (page 130)
« Chris Viehbacher, venu de GSK et récemment élu à la tête du grand syndicat international de l’industrie pharmaceutique (PhRMA), constate que les 4 plus grands produits de Sanofi vont voir leurs brevets arriver à expiration d’ici à 2013 (Plavix, Lovénox, Taxotère, Eloxatine), ne laissant plus qu’un blockbuster à 1 G€ (Lantus) et, plus grave encore, qu’aucun produit lancé n’a été un succès depuis dix ans, que le portefeuille de 427 projets de recherche interne (PRI) et de 65 projets en développement (PRD) est vide d’espoirs, stoppe le tiers des PRI et 14 PRD déjà en phase III – condamnation radicale, à la hache, de la politique de Dehecq et Le Fur […] »

Dont nous allons redire les délices…

Michel J. Cuny


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.