IV. 9 – Un Plan Marshall « made in Deutschland » pour une Syrie bientôt vaincue…

iv-9-0et1-rfa-et-rda

Les deux Allemagnes avant leur réunion :
République Fédérale d’Allemagne
République Démocratique Allemande

IV. 9 – Un Plan Marshall “made in Deutschland
pour une Syrie bientôt vaincue…

Après la seconde guerre mondiale, les États-Unis avaient imposé, à l’Europe, les conditions jointes au Plan Marshall qui leur avait permis de mettre en place les structures nécessaires à une économie de marché conforme à leur modèle : c’est par le Plan Marshall que la France a été colonisée par les États-Unis et au profit de l’Allemagne de l’Ouest, et qu’elle le reste jusqu’à cette année 2017. (Cf. livre de Michel J. Cuny, Quand le capital se joue du travail, Éditions Paroles Vives, 2012, accessible ici.)

Lors de la “Réunion de travail”, à Abou Dhabi, le 24 mai 2012, Clemens von Goetze “planche” sur un Plan Marshall à mettre en œuvre dès la chute du régime syrien qui tient pourtant sa légalité du peuple : il est question de préparer la reconstruction économique de la Syrie. Pressions, sanctions, soumission sont les maîtres mots des États impérialistes pour atteindre leur objectif : abattre le régime – jusqu’à l’assassinat du président Bachar El Assad ? – et contraindre la Syrie à ouvrir les digues aux capitaux étrangers qui lui feront perdre le contrôle de son économie. Mais qu’importe ! La bourgeoisie moyenne exilée attend en France, en Allemagne, aux États-Unis et ailleurs, le moment de fondre sur le pouvoir en Syrie pour en faire, sous la houlette des multinationales occidentales, un pays capitaliste.

Lors de cette réunion qu’il avait dirigée avec son homologue émirati, Anwar Mohammad Gargash, Clemens von Goetze devait déclarer : « Le moment est favorable pour ouvrir au pays des perspectives à long terme. » [Déclaration reprise par Réseau Voltaire, Les « Amis de la Syrie » se partagent l’économie syrienne avant de l’avoir conquise », Politique étrangère allemande, 14 juin 2012.] Ces groupes de travail ont créé des sous-groupes destinés à prendre en mains la politique économique de la Syrie, au sortir de la guerre : ainsi l’Allemagne s’occupe de « Politique économique et réforme ». Cette structure est destinée à mettre en place des « stratégies à long terme » afin de faire passer la Syrie « d’une économie centraliste à une économie de marché ». [Idem.] Bien sûr, les États qui profiteraient les premiers de cette ouverture forcée, par la guerre contre le peuple syrien, seraient ceux qui sont à l’origine de cette guerre. Il s’agit, en résumé, de privatiser l’économie syrienne pour mettre au pas la population…

D’ailleurs, il y a un précédent pour savoir ce qui attend le peuple syrien : le Kosovo a eu Bernard Kouchner, pour représentant spécial du Secrétaire général et chef de la MINUK (Mission d’administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo) qui avait l’autorité sur le territoire et sur la population du Kosovo (dont les pouvoirs législatif, exécutif, judiciaire), de juillet 1999 à janvier 2001…

Lors de cette réunion à Abou Dhabi, qui a eu lieu, le 24 mai 2012, sous direction allemande, Ossama Al Kadi – encore un exilé, ex-cadre de British Gas, consultant économique international, membre du CNS, qui travaille pour le Centre syrien d’études politiques et stratégiques de Washington – a appelé les États amis du CNS à répéter les opérations effectuées au Kosovo. Il a présenté “son” projet : la libéralisation de l’économie syrienne (car c’est bien cela qu’il s’agit d’obtenir par la guerre) n’apportera une amélioration du niveau de vie du citoyen syrien qu’« à longue échéance ». Car, d’un côté, il faudra créer des conditions très avantageuses pour attirer, dans une Syrie reconquise c’est-à-dire recolonisée, les investissements étrangers, implanter de nouvelles entreprises industrielles, rechercher des débouchés extérieurs pour les produits, et puis il faudra transformer le secteur bancaire : voilà pour le capital ; de l’autre côté, il faudra former ou, plutôt, forcer les artisans locaux, par exemple, à l’activité industrielle, et augmenter, de façon générale, la « productivité » des travailleurs : voilà pour le travail. Nul doute, cette guerre capitaliste-impérialiste-colonialiste est destinée à… protéger le peuple syrien pour mieux lui tanner la peau (comme il est fait au peuple libyen, depuis 2011)…

Un autre exilé, Radwan Ziadeh, chercheur à l’Institut des États-Unis pour la paix, qui travaille, lui aussi, pour le Centre syrien d’études politiques et stratégiques de Washington, s’est rendu, en juillet 2011, au ministère des Affaires étrangères allemand. Lui aussi est fasciné par le dépeçage des Balkans : « Le régime d’Assad a adopté une politique similaire à celle de Slobodan Milosevic, en ciblant les populations civiles dans les poudrières tels que Homs et Hama. À ce moment critique, où il est clair que Bachar al-Assad ne fera pas arrêter le massacre, le massacre a exclu toute négociation. Les membres de la communauté internationale qui cherchent à sauver la population syrienne peuvent apprendre des leçons précieuses du Kosovo : à la fois ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire. » [Financiel Times, article de Radwan Ziadeh : Le Kosovo montre comment l’Occident peut intervenir en Syrie », 14 février 2012.] Mais chacun(e) sait maintenant à quel point les médias-valets des États capitalistes ont menti aux populations occidentales en faisant passer Slobodan Milošević pour un criminel de guerre : lui aussi était gênant… Mais Radwan Ziadeh oublie que la population non albanaise du Kosovo a diminué de moitié après la guerre (les Serbes et les Roms ont dû fuir ou ont été chassés du pays) ; la population albanaise, qui se trouve à l’extérieur du Kosovo, représente 20 % de celle restée dans le pays… Pas de quoi prendre en exemple les opérations occidentales “humanitaires” effectuées au Kosovo

iv-9-2-les-2-all-reunifiees-pr-la-paix-ou-la-guerre

Les deux Allemagnes réunifiées.
Pour la paix ou pour la guerre ?

Suite : IV. 10 – Vladimir Poutine pour la paix. François Hollande pour la guerre.

Françoise Petitdemange
10 janvier 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s