III 37. Cojean et son journalisme de caniveau

iii-37-0-et-1-le-mensonge-la-fuite-la-malhonnetete

mensonge, fuite, malhonnêteté…

III 37. Cojean et son journalisme de caniveau

(Le récit de “Soraya” a commencé avec son départ – volontaire et contre l’avis de sa mère – du salon de coiffure où celle-ci était occupée à travailler, départ que “Soraya” a transformé en enlèvement dans une « voiture du protocole » pour l’emmener à « Bab al-Azizia » prétendument devenue une maison de passe où elle aurait été séquestrée pendant trois ans.)

« Peut-être, après tout, y avait-il un après Bab al-Azizia. Mais l’annonce de ma fuite avait fait l’effet d’une bombe dans la maison Kadhafi. (Heu… « dans la maison Kadhafi » ou dans la maison familiale de “Soraya” ? ) Amal G. avait emmené Inas voir ma mère, laquelle m’a aussitôt appelée : « Je suis anéantie, Soraya. Tu m’as menti depuis deux mois ! Comment est-ce possible ? Tu es en ville, tu fumes, tu pars avec un homme. Qu’es-tu devenue petite Soraya ? Une traînée ! Une putain ! Plutôt te savoir morte que t’imaginer dans une vie de débauche. Oh, comme tu me déçois ! » (En vérité, la mère découvre que sa fille lui ment « depuis deux mois », qu’elle est « en ville », qu’elle « fume », et qu’elle est partie « avec un homme », « Hicham » ?… La vie de débauche de “Soraya” ne daterait donc pas de l’année de ses 15 ans, mais de celle de ses 18 ans ; elle ne serait donc pas localisée à Bab al-Azizia mais ailleurs, et, peut-être, dans le « petit bungalow de vacances », où Hicham l’a emmenée ; elle ne serait pas liée à Muammar Gaddhafi, comme “Soraya” n’a cessé de le dire, mais à un homme qu’elle ne connaît pas et avec lequel elle a fui : « Hicham » ou un autre…) 

(Dans ce torchon de papier, il ne s’agit de rien d’autre que de la fugue d’une adolescente qui a disparu de la maison pendant deux mois et qui revient…)

« La confiance, je le voyais, était rompue. Maman me dévisageait d’un air dur, comme si mon visage était devenu l’aveu de mes turpitudes» (Quant au père qui n’est apparu, jusqu’ici, que pour être présenté comme un “raté”…) Mon père m’a accueillie avec plus de tendresse. Il me regardait avec attention sans paraître tout à fait me reconnaître. […]. Mais il devait jouer son rôle de père et, très vite, a exigé des comptes. Qui était cet Hicham ? »

Françoise Petitdemange

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s