Ernst Nolte et cette drôle d’enquête qui donne définitivement raison à Adolf Hitler…

Après avoir cité l’intégralité de l’extrait, fourni par Ernst Nolte, du discours prononcé par Adolf Hitler le 2 mars 1933 au Sportpalast de Berlin, reprenons ici le passage qui en occupe le coeur, et qui concerne les bolcheviks : « Ils parlent de fraternité. Nous connaissons cette fraternité. Il faut passer par les armes des centaines … Lire la suite Ernst Nolte et cette drôle d’enquête qui donne définitivement raison à Adolf Hitler…

Selon Ernst Nolte, Hitler nous l’avait bien dit…

Ernst Nolte est tellement peu persuadé lui-même de la filiation qu’il pense pouvoir établir entre la « terreur » bolchevique – déduite de son hypothétique traduction d’un mot tiré d’une phrase prononcée par Zinoviev le 17 septembre 1918 – et la terreur nazie, qu’il trouve bon d’en établir une autre qui, renvoyant à la situation de l’été 1914, … Lire la suite Selon Ernst Nolte, Hitler nous l’avait bien dit…

Comment l’Allemagne a lavé la tache du « judéo-bolchevisme » de conception nazie

S’il faut en croire Ernst Nolte, l’Allemagne fédérale a mis quelques années pour admettre de ranger les activités de l’Allemagne nazie sous l’étiquette du pire des crimes. Avant le début des années soixante, il n’en était pas encore question. Voilà qui surprendra, et c’est pourquoi il faut s’empresser de citer Ernst Nolte à propos du moment où, … Lire la suite Comment l’Allemagne a lavé la tache du « judéo-bolchevisme » de conception nazie

S’il te plaît, dessine-moi un vrai piège à cons

Avec cette tournure de « solution finale » que lui procure la substitution d’ « exterminer » à « éliminer », la phrase de Grigori Zinoviev devient à elle seule tout un programme puisque, dès 1918, elle engage à anéantir… 10 millions d’hommes sur les 100 millions que compte alors la toute nouvelle Russie soviétique. D’avoir pu ainsi épingler tardivement le … Lire la suite S’il te plaît, dessine-moi un vrai piège à cons

Le mot plutôt que la chose, ou comment se construit un discours historique pervers

Selon Ernst Nolte, la « peur » dissimulée mais explicative de la « haine » finalement manifestée au grand jour par Hitler et le nazisme n’a plus été à démontrer sitôt que l’attention de cet auteur s’est trouvée attirée par un mot rencontré dans la biographie de Lénine écrite par David Schub. Ce mot est tiré d’un discours de … Lire la suite Le mot plutôt que la chose, ou comment se construit un discours historique pervers