IV. 112 – En Syrie, la lutte se poursuit contre la pègre occidentalo-golfico-sioniste

IV. 112 – En Syrie, la lutte se poursuit contre
la pègre occidentalo-golfico-sioniste

Depuis le 1er février 2018, l’armée syrienne a concentré une grande partie de ses forces dans la Ghouta orientale occupée par les groupes « terroristes ».
Depuis le vote de la Résolution 2401 à l’ONU (Organisation des Nations Unies), l’armée syrienne est accusée de continuer ses attaques contre les civils. En réalité, il s’agit d’attaques contre les groupes terroristes qui s’en prennent à la population civile. En vertu du libellé de la Résolution, le Conseil de sécurité…
« [Article] 2. Affirme que la cessation des hostilités ne s’appliquera pas aux opérations militaires dirigées contre l’État islamique d’Iraq et du Levant (EIIL, également connu sous le nom de Daech), Al-Qaida et le Front el-Nosra et tous les autres individus, groupes, entreprises et entités associés à Al-Qaida ou à l’EIIL, ainsi que les autres groupes terroristes qu’il a désignés comme tels ; »
Cf. https://unefrancearefaire.com/2018/03/09/iv-106-la-resolution-2401-de-lonu-une-epine-dans-le-pied-de-la-coalition-occidentalo-golfico-sioniste/
Ce qui donne à l’armée syrienne la possibilité de combattre sans relâche les terroristes et tous ceux qui les manipulent. Elle le fait d’autant plus que ces mercenaires de la coalition occidentalo-golfico-sioniste continuent à pilonner – sans que l’ONU n’y trouve grand-chose à redire – la Ghouta orientale et la capitale Damas, blessant et tuant des civils.

Sergueï Lavrov, février 2018

Vers la fin février, le ministre russe des Affaires Étrangères, Sergueï Lavrov, dénonçait, lors d’une Conférence de presse, les pratiques utilisées par les médias occidentaux à propos de la Syrie :
« Des informations circulent dans les médias sur le fait qu’hier, ou ce matin, du chlore aurait été utilisé comme gaz toxique dans la Ghouta orientale, d’après un inconnu qui habite les États-Unis. Il y aura certainement encore d’autres diffusions d’informations. Nous savons d’où elles viendront : des réseaux sociaux et surtout des réseaux sociaux qui parlent des soi-disant Casques Blancs. Il y a aussi un soi-disant observateur : l’Observatoire syrien des droits de l’homme à Londres où une seule personne est enregistrée. Les tentatives de ces sources se poursuivront dans un but clair : celui de diaboliser, de blâmer les forces gouvernementales pour mettre en œuvre ensuite les actions auxquelles nous assistons dans les régions orientales de la République arabe syrienne où les États-Unis réalisent, j’en suis convaincu, le scénario de la construction d’un quasi-État et de la division de la Syrie. » [RT (Russia Today, Vidéo, Lavrov : les États-Unis entendent diviser le territoire syrien, 26 février 2018.]

Maria Zakharova, 15 mars 2018

Le 15 mars, lors d’une Conférence de presse, Maria Zakharova fait le point « Sur la situation en Syrie » :
« Les forces gouvernementales syriennes mènent une opération antiterroriste de grande envergure dans la Ghouta orientale. Avec une contribution active du Centre russe pour la réconciliation des belligérants, les autorités syriennes, qui se laissent guider par les normes du droit humanitaire international, font tout leur possible pour minimiser les pertes parmi la population civile et organiser son retrait sécurisé depuis les zones contrôlées par les combattants. Les pauses humanitaires quotidiennes de cinq heures restent toujours en vigueur. » [Le Ministère des Affaires Étrangères de la Fédération de Russie, Conférence de presse de Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires Étrangères, Moscou, 15 mars 2018. – Situation en Syrie.]
http://www.mid.ru/fr/main_fr/-/asset_publisher/G51iJnfMMNKX/content/id/3120170

Qu’en est-il du côté des groupes armés « terroristes » ? Maria Zakharova déclare :
« Les extrémistes continuent quant à eux d’ignorer les pauses humanitaires et de torpiller les initiatives visant à assurer le retrait de ceux qui habitent dans les zones de combat. » [Idem.]
Les groupes armés « terroristes » ne sont-ils pas conseillés, renseignés, épaulés, armés, financés par des conseillers militaires et des officiers de renseignement occidentaux et israéliens ?

Maria Zakharova ne se fait guère d’illusion sur les États-Unis
« Je voudrais adresser un avertissement spécial à Washington pour lui rappeler la nécessité de respecter absolument les normes du droit international et le caractère inadmissible de toute action agressive contre la Syrie souveraine, qui est un État membre de l’Onu. » [Idem.]
Seulement, l’ONU… n’a rien de véritablement international.
Hormis quelques pays (Russie, Chine, Corée du Nord, Iran, Syrie, Venezuela, Bolivie, Cuba et quelques autres), le reste laisse passer toutes les embrouilles et regarde d’un œil plus ou moins complice les guerres lancées contre les peuples par la coalition occidentalo-golfico-sioniste, espérant récolter quelques miettes après guerre en récompense de leur inertie ou de leur lâcheté ou de leur obéissance aveugle…

Le commandant général de l’armée syrienne,
16 mars 2018

Le 16 mars 2018, le commandant général de l’armée syrienne et des forces armées lit un communiqué sur la libération de dizaines de localités de la Ghouta orientale :
« Ordre Général de l’Armée : l’armée reprend 70 % des zones contrôlées par les groupes terroristes dans la Ghouta orientale. [Suit la liste des localités libérées.] » [SANA, L’Agence Arabe Syrienne d’Information, Le communiqué du commandement général de l’armée et des forces armées sur la libération de localités et de villages à la Ghouta orientale et la sortie des civils, 17 mars 2018. Note FP : La traduction de l’anglais au français est de mon fait.]
Des dizaines de milliers de civils ont quitté la région en empruntant les couloirs humanitaires aménagés par l’armée syrienne en liaison notamment avec le Croissant-Rouge syrien. Le commandement général syrien appelle la population civile à poursuivre l’évacuation pour se mettre à l’abri, les autorités organisant l’acheminement vers des centres proches de Damas.

Le ministère russe de la Défense

Le 17 mars, le ministère russe de la Défense dénonce l’interdiction, qu’opposent les États-Unis et leurs alliés, aux aides de l’ONU et d’autres organisations à destination des civils de Tanf et Ar-Raqqa, bafouant ainsi la Résolution 2401 du Conseil de sécurité de l’ONU. De plus, les États-Unis continuent à cautionner les groupes armés qui empêchent les habitant(e)s de sortir d’Ar-Raqqa pour se rendre dans des zones de sécurité. Le ministère russe délivre ce communiqué :
« En dépit de ses déclarations sur sa disposition à permettre aux convois des aides humanitaires d’accéder à Tanf, Washington refuse de garantir la distribution de ces aides uniquement aux déplacés et non pas aux groupes armés qu’il soutient. » [SANA, L’Agence Arabe Syrienne d’Information, Le ministère russe de la Défense : Washington transgresse la résolution du CS nN° 2401 en interdisant l’accès des aides aux civils à Tanf et Raqqa, 17 mars 2018.]
Voilà qui montre le vrai visage – pour les moins physionomistes – des États-Unis…

Par ailleurs, l’action des unités de police a été relancée dans la Ghouta orientale pour prêter assistance aux habitants et protéger les biens qu’il leur reste. Ce jour du 17 mars, le Commandement de la police de Damas signale des attaques lancées par les groupes terroristes, depuis la Ghouta orientale, contre des quartiers de Damas et sa banlieue : 18 civils ont été blessés. Au soir du 17 mars, les groupes « terroristes », Jaïch al-Islam, Faylaq ar-Rahmane, Ahrar ach-Cham se disent prêts, dans un communiqué – soufflé par leurs conseillers états-uniens ? –, à mettre en application les résolutions du CS (Conseil de Sécurité) de l’ONU et à respecter la trêve dans la Ghouta orientale. Une façon comme une autre de demander un temps de répit pour se réarmer et se réorganiser…

Le 18 mars, l’armée syrienne a repris environ 80 % de la Ghouta orientale. Le général Vladimir Zolotoukhine, porte-parole du “Centre pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie”, donne une estimation du Centre… plus de 25.000 personnes auraient quitté cette région rien que pour cette journée du dimanche.

Le « dictateur » Bachar El Assad
applaudi par des hommes et des femmes du peuple

Le même jour, le Président Bachar El Assad se rend dans la Ghouta orientale, où il discute à bâtons rompus avec des familles habitant cette région qui ont été libérées des groupes terroristes par l’armée syrienne.

Bachar El Assad, prenant son repas
avec les soldats de l’armée syrienne, 18 mars 2018

Il va à la rencontre des soldats sur les lignes de feu et prend le temps de converser avec les uns et les autres, de s’informer sur les derniers efforts effectués pour la libération complète de cette région. À la tombée de la nuit, il est convié à partager le repas de ceux qui se battent depuis si longtemps pour libérer le pays de ce qu’il faut bien appeler la pègre occidentalo-golfico-sioniste.

Suite : IV. 113 – Lâcheté, mensonge, violence de la pègre occidentalo-golfico-sioniste contre les peuples

Françoise Petitdemange
20 mars 2018


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.