IV. 148 – Igor Konachenkov : l’ingratitude d’Israël…

IV. 148 – Igor Konachenkov :
l’ingratitude d’Israël…

Après avoir rendu compte des événements qui ont abouti à la tragédie survenue, à proximité des côtes de la Syrie et en Syrie, le 18 septembre 2018, le major-général, Igor Konachenkov, porte-parole du ministère de la Défense de la Fédération de Russie, devait dévoiler l’ensemble des actions exercées pour le maintien de la paix, notamment en faveur d’Israël, par son pays :

« Je vous rappelle que, suite à l’opération menée dans la zone sud-ouest – la zone de désescalade en Syrie – par des troupes gouvernementales soutenues par l’aviation russe, il a été créé, notamment, des conditions pour favoriser l’activité du contingent de maintien de la paix de l’ONU, qui a été développée dans la région de séparation entre la Syrie et Israël, sur le mont Golan, conformément à la résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies de 1974 n° 350.

Le long de la ligne Bravo, 6 postes
(cd’é : FP)

Depuis le 2 août 2018, après une pause de six ans, nous avons organisé les opérations de patrouillage sur le mont Golan, sous la protection de la police militaire russe. Et cela a permis d’exclure les tirs à partir du mont Golan vers le territoire israélien. Maintenant, le long de la ligne Bravo [ligne orientale de démarcation du Golan, démilitarisée, séparant la Syrie d’Israël], nous avons organisé six postes d’observation de la police militaire russe, qui garantissent la sécurité de la mission onusienne, afin de prévenir le risque de frappes de missiles de la part de groupements pro-iraniens. Israël nous a demandé de régler la question concernant la présence des armements lourds au mont Golan qui appartenaient aux groupements pro-iraniens.

La Russie a mené des consultations avec l’Iran au cours desquelles Téhéran a reconnu qu’il ne voulait pas aggraver la tension dans cette région et n’avait pas d’intention agressive vis-à-vis d’Israël. Suite à ces consultations, tous les groupements pro-iraniens, avec leur armement lourd, ont été retirés du mont Golan, à une distance sécurisée, à 140 km à l’est de la Syrie. Il s’agissait de 1.050 personnes, de 24 lance-roquettes multiples et de missiles tactiques, ainsi que de 145 unités d’autres armements et armes.

À la demande d’Israël, le commandement du groupement russe en Syrie a dissipé toutes craintes de la partie israélienne sur les soupçons de transfert des armements sensibles : la livraison à une partie tiers. Et la partie israélienne, à maintes reprises, a souligné l’importance de ce travail mené par le ministère russe de la Défense.

En 2016, à la demande du chef d’état-major général de l’armée israélienne, le général-lieutenant Eizencot [qui s’est élevé contre les militaires israéliens qui vident leurs chargeurs sur de jeunes Palestinien(ne)s, et qui, ce disant, a déclenché le tollé de ses compatriotes irréductiblement anti-humains autant que anti-Palestiniens], la partie russe a transmis à la partie israélienne un char Magach-3 qui avait été capturé en 1982 sur le territoire libanais, et qui se trouvait en Russie. Et cette opération a été effectuée en présence du Premier ministre d’Israël, monsieur Netanyahou.

Le ministère de la Défense russe a contribué au maintien des objets de culte et des tombes judaïques à Alep. Cette coopération a été menée grâce au concours du président des communautés juives de la Russie, monsieur Boroda. Et quand la partie israélienne a demandé à la Russie de rechercher des dépouilles des militaires israéliens sur le territoire syrien, ces travaux de recherche ont été conduits après un accord entre les militaires israéliens et les partenaires syriens. Cette opération de recherche a été réalisée dans la région qui était sous contrôle de Daech, et les groupements de Daech ont attaqué inopinément les militaires russes qui étaient en opération de recherche et, au cours de cette attaque, un militaire du commandement russe a été blessé. Mais la Russie est prête à continuer cette opération.

Sur ce fond, les agissements hostiles des forces aériennes israéliennes, qui ont mené vers la tragédie avec l’Ilyouchine-20, sortent du cadre des relations entre les nations civilisées.

Nous avons présenté des données objectives à propos des événements du 17 septembre et cela témoigne du fait que le commandant militaire israélien, ou bien n’apprécie pas le niveau des relations avec la Russie, ou bien ne contrôle pas les chefs militaires qui ne comprennent pas que leur action mène vers la tragédie. »

[RT France, vidéo Avion russe abattu en Syrie : Moscou dévoile un compte-rendu détaillé des événements, ajoutée le 23 septembre 2018. Note FP : J’ai dû réécrire la traduction et apporter quelques précisions entre [crochets]. Merci au traducteur qui a fait le gros du travail, du russe au français.]

https://www.youtube.com/watch?v=48aaXlYJbRo

Ces comportements intransigeants et belliqueux d’Israël, y compris à l’égard de pays qui cherchent des solutions aux problèmes que pose cet État, montrent clairement que ce dernier, qui, à la fois, se pose en victime et se prend pour le nombril du monde, a beaucoup à apprendre de tous les autres pays et… de l’humanité.

Françoise Petitdemange
25 septembre 2018


2 réflexions sur “IV. 148 – Igor Konachenkov : l’ingratitude d’Israël…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.