IV. 147 – Igor Konachenkov : un compte rendu clair, net, précis

IV. 147 – Igor Konachenkov :
un compte rendu clair, net, précis

Igor Konachenkov
(cd’é : FP)

Le 18 septembre 2018, le major-général, Igor Konachenkov, porte-parole du ministère de la Défense de la Fédération de Russie, rendait compte des événements survenus à proximité des côtes de la Syrie et en Syrie :

« Bonjour chers collègues,

Aujourd’hui, nous tenons un point de presse spécial pour vous donner une information détaillée sur les circonstances de la catastrophe de l’avion russe Ilyouchine-20, survenue au large de la Syrie, le 17 septembre au soir.

Vous aurez la chronologie, minute par minute, de cet événement tragique sur la base des données objectives des moyens radar y compris le système de visualisation du trafic aérien de l’Otan.

L’avion de reconnaissance russe
Ilyouchine-20 (en rouge)
(cd’é : FP)

Le 17 septembre au soir, l’avion de reconnaissance, Ilyouchine-20, accomplissait, depuis 20 heures 31 minutes, une mission spéciale de contrôle dans la zone d’Idleb – la zone de désescalade – avec, à son bord, 15 militaires russes. Pendant ce temps-là, un groupe de quatre chasseurs F-16 décollait du territoire israélien pour effectuer une frappe surprise sur les sites industriels en territoire syrien.

Les 4 chasseurs israéliens (en bleu)
s’apprêtant à frapper la Syrie
(cd’é : FP)

Le trajet du vol des chasseurs est visualisé à l’écran. Les chasseurs F-16 ont survolé les eaux neutres de la Méditerranée et ont occupé la zone de patrouille à 90 km à l’ouest de la ville de Lattaquié.

À 21 heures 39 minutes, une représentante du commandement des forces israéliennes, au grade de colonel, a informé la partie russe, en utilisant le canal de déconfliction, sur l’éventualité de frappes. Israël allait frapper, dans les minutes à venir, les sites qui se trouvent au nord de la Syrie.

Les frappes portées par les quatre chasseurs israéliens
sur des sites industriels en Syrie
(cd’é : FP)

Une minute après, à 21 heures 40, quatre avions israéliens F-16 effectuaient des frappes, avec des bombes guidées GBU-39, sur les sites industriels dans la province de Lattaquié.

Ainsi, cet avertissement au groupement russe sur l’opération de la partie israélienne a été fait en violation parce que ce n’était pas avant mais au moment même des frappes. Cette action est une violation directe des ententes russo-israéliennes de 2015 qui visent à prévenir les incidents entre nos forces armées sur le territoire syrien, à temps, dans le cadre de l’activité du groupe de travail.

Position de l’Ilyouchine-20 (en rouge)
et des quatre chasseurs israéliens (en jaune)
(c d’é : FP)

Vous voyez la position des avions au moment de la frappe sur la base des données du système de visualisation de l’information de l’Otan. En rouge, c’est l’Ilyouchine-20, avion russe ; en jaune, quatre chasseurs F-16 des forces aériennes israéliennes.

Je réitère qu’au cours des conversations, sur le canal de déconfliction, la représentante de l’état-major israélien a informé que les sites à frapper pour l’aviation israélienne se trouvaient au nord de la Syrie. Cette conversation était menée en russe et nous avons l’enregistrement de cette conversation.

Le commandant de bord de l’Ilyouchine-20, qui se trouvait au nord de la Syrie, a reçu l’ordre de quitter cette zone, [de] se diriger au sud et [de] revenir à la base. Comme vous le voyez sur la carte, les frappes des chasseurs israéliens ont été effectuées, non pas dans la partie nord de la Syrie, mais dans la région de Lattaquié qui est la province à l’ouest de la Syrie, et dont la ville de Lattaquié se trouve sur le littoral ouest du pays. Donc, l’officier israélien a induit en erreur la partie russe sur la zone des frappes israéliennes, ce qui n’a pas permis de sortir l’avion russe dans la région sécurisée, et il n’a pas précisé la position des chasseurs israéliens.

Les pilotes des chasseurs israéliens s’apprêtent à commettre
leur crime
(cd’é : FP)

À partir de 21 heures 51 minutes, les moyens solaires syriens ont commencé à lancer des missiles solaires pour contrer l’attaque. Après la frappe, les chasseurs israéliens ont occupé la zone de patrouille, en mer, à 70 km à l’ouest du littoral syrien, et ont commencé à brouiller cette zone.

L’un des chasseurs israéliens se fait passer pour
l’avion patrouilleur russe… afin de tromper les Syriens
(cd’é : FP)

À 21 heures 59 minutes, un des avions israéliens a commencé une manœuvre : il a quitté le littoral syrien pour s’approcher de l’avion russe Ilyouchine-20 qui était en phase d’atterrissage.

Cela a été considéré par la défense anti-aérienne syrienne comme une nouvelle attaque israélienne. Le pilote israélien ne pouvait pas ne pas savoir que la surface de réflection de l’avion Ilyouchine-20 est beaucoup plus importante que celle d’un F-16 et que c’est donc l’avion Ilyouchine qui est la cible prioritaire pour la DCA. Les Israéliens savaient, bien sûr, que les forces armées russes et syriennes utilisent des systèmes différents d’identification friend or foe [IFF = identification ami ou ennemi] et les radars syriens pouvaient estimer qu’il s’agissait de groupes de chasseurs israéliens.

Le patrouilleur russe Il-20 (en rouge) sur la ligne de feu
de la DCA syrienne ;
le chasseur israélien (en bleu) se planquant derrière…
(cd’é : FP)

L’avion Ilyouchine-20, qui était en approche à l’aérodrome de Hmeimim, s’est retrouvé donc sur la ligne de feu des tirs de la DCA syrienne. Je souligne que, en observant l’Ilyouchine-20, les chasseurs israéliens ont utilisé cet avion comme bouclier pour se dérober au tir des missiles solaires syriens.

En fait, à 22 heures 03, un missile solaire syrien a détruit la cible qui était plus grande, à savoir l’Ilyouchine-20. Le commandant de bord a informé sur l’incendie à bord et a commencé la descente en urgence.

L’avion russe disparaît.
Les chasseurs israéliens espionnent
(cd’é : FP)

À 22 heures 07, l’avion Ilyouchine-20 a disparu des écrans des radars. En même temps, les avions israéliens n’ont pas quitté l’espace aérien et sont restés dans cette région pour patrouiller jusqu’à 22 heures 40.

À 22 heures 29 minutes, l’officier de permanence du groupement russe a informé l’officier israélien qu’un avion russe Ilyouchine-20 était en détresse.

Il a exigé le retrait des avions israéliens de cette région puisqu’une opération de sauvetage allait être commencée. L’officier israélien, au grade de lieutenant, a répondu : « Bien reçu. J’informe le commandement. » À 22 heures 40, les F-16 ont quitté cette zone.

Or, ce n’est qu’à 22 heures 53 minutes, c’est-à-dire 50 minutes après la destruction de l’avion Ilyouchine-20, que l’officier israélien, au grade de colonel, informait la partie russe, à savoir : « Votre information sur la détresse de l’Ilyouchine-20 a bien été reçue. Nous avons libéré la zone. Et, s’il est nécessaire, nous sommes prêts à aider. »

Cela montre que les actions des pilotes des chasseurs israéliens ont coûté la vie des 15 militaires. Il s’agit d’un manque de professionnalisme ou bien d’une négligence.

Nous considérons que les forces aériennes israéliennes sont responsables de la tragédie concernant l’avion russe, notamment les personnes qui ont pris la décision de cette opération. Et je souligne que les actions des chasseurs israéliens, au soir du 17 septembre, s’opéraient dans la zone d’approche à l’atterrissage sur la piste de l’aérodrome Hmeimim, non seulement des avions militaires mais des avions civils. C’était un danger pour les avions de transport, les avions civils, qui pouvaient être dans cette zone et qui auraient pu être victimes de cet esprit d’aventurisme des militaires israéliens.

Maintenant, dans cette zone – 27 km à l’ouest du port Baniyas -, nous menons des opérations de sauvetage pour retrouver les corps des victimes et l’épave de l’avion. Mais il faut dire que la conduite des pilotes israéliens est radicalement contraire aux actions de l’aviation américaine dans cette région.

Vous savez que nous avons un canal de communication, pour éviter les incidents aériens, qui permet aux parties de prévenir une autre partie, au préalable, ce qui conduit à prendre des mesures pour exclure toute situation qui porte un risque, et met en danger les militaires américains et russes.

La partie russe n’a violé aucune entente avec Israël et n’a pas utilisé les moyens russes de défense aérienne même si on considère que, suite à des frappes israéliennes, en Syrie, il y avait des moments où un risque existait pour la sécurité des militaires russes.

À cette époque, nous avons avisé 310 fois le commandement israélien sur les actions des avions russes tandis que la partie israélienne nous a avisés seulement 25 fois et encore, juste avant ses frappes.

Dans le contexte de la coopération russo-israélienne, nous ne comprenons pas très bien quelle est la cause de ces agissements. Nous les considérons comme de l’ingratitude en réponse à tout ce que la Fédération de Russie a fait pour l’État d’Israël et pour les Israéliens ces derniers temps. »

[RT France, vidéo Avion russe abattu en Syrie : Moscou dévoile un compte-rendu détaillé des événements, ajoutée le 23 septembre 2018. Note FP : J’ai dû réécrire la traduction et apporter quelques précisions entre [crochets]. Merci au traducteur qui a fait le gros du travail, du russe au français.]
https://www.youtube.com/watch?v=48aaXlYJbRo

Le major-général, Igor Konachenkov, porte-parole du ministère de la Défense de la Fédération de Russie, aurait de quoi accuser Israël – au regard des événements – d’avoir commis un crime avec préméditation frappant 15 personnes, dans l’espace aérien d’un État souverain où ses chasseurs n’avaient aucune raison de se trouver puisque le gouvernement syrien ne lui a jamais donné l’autorisation de survoler son pays. Israël prouve une fois de plus qu’il est un État-voyou.

Suite : IV. 148 – Igor Konachenvkov : l’ingratitude d’Israël…

Françoise Petitdemange
25 septembre 2018


2 réflexions sur “IV. 147 – Igor Konachenkov : un compte rendu clair, net, précis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.