IV. 107 – L’ONU et ses droits de l’Homme… contre la souveraineté des États arabes à tendance socialiste

IV. 107 – L’ONU et ses droits de l’Homme…
contre la souveraineté des États arabes à tendance socialiste

Le problème de l’ONU (Organisation des Nations Unies), c’est sa dépendance des États-Unis. Le problème des Droits de l’Homme, c’est leur dépendance du capitalisme, de l’impérialisme et du colonialisme. Au nom des « Droits de l’Homme », les États capitalistes attaquent des États souverains… Au nom des « Droits de l’Homme », des gouvernements considèrent qu’il faut renverser les gouvernements qui n’ont pas les mêmes visées politiques et économiques… Au nom des « Droits de l’Homme », des chefs d’États font la guerre pour obliger d’autres chefs d’États, même élus par la population, à quitter le pouvoir et pour les remplacer par des fantoches.

Le fils de prince à l’ONU,
Zeid Ra’ad al Hussein

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad al Hussein, qui est-il ? Le fils du prince Ra’ad bin Zeid al-Hussein de Jordanie marié à une Suédoise. Il est lié à la dynastie hachémite. Il a effectué ses études en Angleterre et aux États-Unis… Il a été ambassadeur de la Jordanie aux États-Unis.
Avec cette biographie personnelle et ce curriculum vitae, il devait déclarer à propos de la Syrie, lors d’une réunion à Genève organisée en toute hâte, sur demande de la Grande-Bretagne, après le vote de la Résolution 2401…
« Ce que nous voyons dans la Ghouta orientale et ailleurs en Syrie ressemble à des crimes de guerre, et potentiellement à des crimes contre l’humanité. » [ONU Info, Syrie : L’ONU évoque de possibles crimes de guerre et crimes contre l’humanité dans la Ghouta orientale, 2 mars 2018.]
Cette affirmation… « Ce que nous voyons » « ressemble à » « des crimes de guerre » « et potentiellement » « à des crimes contre l’humanité » est appuyée sur quelles preuves ?
Une armée ne peut défendre, sans armes, son pays et son peuple, lorsqu’ils sont attaqués par des forces armées étrangères et par des mercenaires de ces forces armées étrangères. Aux pays agresseurs qui refusent toute voie diplomatique (comme en Yougoslavie, en Irak, en Libye, en Syrie…), l’armée du pays agressé ne peut répondre à la guerre que par la guerre : quelle autre alternative cette armée pourrait-elle avoir face à une coalition qui veut mettre son pays en coupe réglée, renverser le gouvernement en place et assassiner le chef d’État, élu ou pas, sous le prétexte qu’il est nécessairement un « dictateur » ?…

Il n’y a pas que le vent pour faire pencher
la balance de la justice à la CPI

M. Zeid Ra’ad al Hussein serait-il un mercenaire idéologique ?
« La Syrie doit être renvoyée devant la Cour pénale internationale (CPI). Les tentatives d’entrave à la justice, pour protéger les criminels sont scandaleux [scandaleuses]. » [Idem. Note FP : La rectification entre crochets est de mon fait.]
Un État n’a-t-il pas le droit de défendre le pays placé sous sa responsabilité ? La ligue des Droits de l’Homme à l’ONU, n’a-t-elle pas poussé l’OTAN à bombarder la Libye et sa population, sous le prétexte mensonger que Muammar Gaddhafi était un « dictateur » et qu’il bombardait « son » peuple ? N’a-t-elle pas laissé le groupe armé qui avait arrêté le Guide révolutionnaire (titre que lui avait donné le peuple libyen), insulter, humilier, frapper, lyncher, martyriser, achever un homme qui était devenu leur prisonnier et, ce, devant les objectifs de caméras et de téléphones portables colportant les images de la mise à mort dans le monde entier ?
Le droit international ne doit-il être respecté que par le pays agressé et jamais par les pays agresseurs ? que par un homme agressé et jamais par ses agresseurs ? La CPI est-elle un instrument de pouvoir entre les mains du camp occidentalo-golfico-sioniste contre le reste du monde ? Qui protège « les criminels » en Syrie ? Qui les arme, qui leur donne une couverture aérienne pour qu’ils fassent « du bon boulot » (dixit Laurent Fabius, pour Al-Nosra) ?


Burette d’huile pour rouages
très défectueux

À peine sorti du cursus universitaire, le fils de prince s’est occupé, dans les années 1990, des affaires politiques de la FORPRONU (Forces de Protection des Nations Unies) pour l’ex-Yougoslavie. Enfin, et ce n’est pas le moins important… Zeid Ra’ad al Hussein a contribué à la création de la CPI (Cour Pénale Internationale) : la CPI, c’est donc un peu son jouet ou, plutôt, son arme au service d’une idéologie politique que partagent la grande bourgeoisie et l’aristocratie attardée sur cette planète. Les États parties de la CPI ont de suite compris les services que ce fils de prince pouvait rendre : leur assemblée l’ont élu premier président de cette Cour Pénale très occidentale.
Faisant allusion à la condamnation du général serbe de Bosnie, Ratko Mladic pour « génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité », le “très impartial” Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme voit déjà des responsables syriens traînés devant son instrument d’injustice :
« Les rouages de la justice peuvent être lents, mais ils ne grincent pas », « Que l’on ne pense pas que les auteurs (de ces crimes) s’en tireront. D’autres y avaient cru et se voyaient comme des patriotes, avant d’être arrêtés »… [Idem.]
Il serait temps que le fils de prince sortît sa burette et mît de l’huile dans les rouages de sa CPI pour qu’ils ne grincent pas dans les moments où l’impartialité demanderait la comparution de chefs d’États occidentaux pour leurs « génocides », leurs « crimes de guerre », et leurs « crimes contre l’humanité »… dans l’ex-Yougoslavie, en Afghanistan, en Irak, en Libye, etc.

Les Nations Unies et sa succursale, les droits de l’homme, déplorent que…
« Malgré un rare exemple d’unanimité », lors du vote, au Conseil de sécurité, de la résolution 2401, il y ait encore des victimes civiles de « frappes aériennes et des bombardements incessants » dans la Ghouta orientale. [Idem.]
Ces institutions n’ont pas été aussi regardantes pour la Libye et pour les quelque six-sept millions de Libyens et de Libyennes bombardé(e)s pendant sept mois, touché(e)s dans la destruction de leurs familles, de leurs clans, de leurs tribus, affamé(e)s par l’OTAN, tué(e)s, y compris pendant le mois du Ramadan, par une coalition de quelque 40 pays…
Dans quelle guerre, ce Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, a-t-il vu qu’une armée, qui agresse un pays et sa population, faisait le tri entre la population civile et l’armée qui défend son pays ? Dans quelle guerre, ce Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, a-t-il vu qu’une armée qui défend son pays et sa population pouvait faire, quant à elle, le tri, sans dommage, entre la population civile et les mercenaires infiltrés par voie terrestre, aérienne, maritime, sur un territoire avec leurs familles (femmes et enfants), et flanqués de conseillers militaires états-uniens et européens sur le terrain ?
Les chefs des États capitalistes-impérialistes-colonialistes auraient-ils le droit de bafouer tous les droits humains tandis que les chefs d’États qui défendent leurs pays agressés n’auraient aucun droit, pas même celui de défendre leur population contre des mercenaires infiltrés ?

M. Zeid Ra’ad al Hussein ne parvient pas à comprendre…
« En dépit d’une trêve de cinq heures annoncée par le gouvernement russe pour permettre une aide médicale et humanitaire, les frappes se poursuivent. » [Idem.]
Ce Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, a-t-il lu l’article 2 de la Résolution 2401 voté, avec le reste de cette Résolution, à l’unanimité ? Le « Conseil de sécurité »…
« 2. Affirme que la cessation des hostilités ne s’appliquera pas aux opérations militaires dirigées contre l’État islamique d’Iraq et du Levant (EIIL, également connu sous le nom de Daech), Al-Qaida et le Front el-Nosra et tous les autres individus, groupes, entreprises et entités associés à Al-Qaida ou à l’EIIL, ainsi que les autres groupes terroristes qu’il a désignés comme tels ; » [Cf. IV. 106 – La Résolution 2401 de l’ONU : une épine dans le pied de la coalition occidentalo-golfico-sioniste ?]
https://unefrancearefaire.com/2018/03/09/iv-106-la-resolution-2401-de-lonu-une-epine-dans-le-pied-de-la-coalition-occidentalo-golfico-sioniste/

La Syrie et les forces alliées ont toutes les raisons de se méfier des pays occidentalo-golfiques. Que s’est-il passé à Alep ?… Les groupes terroristes, armés par la coalition occidentalo-golfico-sioniste, empêchaient les civils de quitter l’enclave et leur tiraient dessus dès qu’ils tentaient de s’échapper pour se rendre dans des zones libérées par l’armée syrienne. À la Ghouta, c’est le même problème : depuis 2013, la population civile y est retenue comme otage par les groupes armés terroristes dont les plus importants sont Jaysh al-Islam et Failaq al-Rahman. Et, à chaque fois qu’il y a une enclave occupée, les produits de première nécessité (alimentaire, pharmaceutique…) manquent très rapidement et cette pénurie provoque une hausse des prix tandis que les combats des mercenaires empêchent les civils de partir.
Cela veut dire que, tant que les mercenaires de la coalition seront sur le terrain en Syrie, les opérations militaires se poursuivront : il s’agit de libérer la Syrie – toute la Syrie – de ces hordes armées au service de la coalition occidentalo-golfico-sioniste qui voudrait profiter des convois humanitaires pour réarmer ses mercenaires. Car, pour cette coalition, plus elle arme ses mercenaires, plus la guerre dure, plus la population civile et militaire souffre, plus le pays est détruit, plus l’État, le gouvernement, le Président seront affaiblis politiquement et économiquement. Du moins c’est ce qu’elle veut croire…

Les droits humains en Occident

Le fils du prince « aux droits de l’homme » peut bien parler de l’« aide » des « agences humanitaires », celles-ci se sont complètement déconsidérées :
« Les agences humanitaires ont clairement annoncé qu’il leur était impossible de livrer l’aide dans une fenêtre de cinq heures, le simple passage des contrôles pouvant prendre une journée. » [Idem.]
Ah ! les « agences humanitaires » aux ordres de la coalition occidentalo-golfico-sioniste, dont les subventions proviennent d’où, au fait ? et qui veulent faire passer quoi, au juste ?

Pauvres enfants ! Otages d’une politique et d’une économie occidentalo-golfico-sioniste appuyées sur les crimes et les guerres de rapines et cautionnées par l’ONU qui prétend les protéger au nom de l’humanitaire ! (Cf. L’embargo onusien « Pétrole contre Nourriture » en Irak qui a fait mourir plus de 500.000 enfants. De quoi décourager les militant(e)s les plus sincères de ces ONG (Organisations Non Gouvernementales). À partir de cette époque, est-il encore possible de prendre l’« aide humanitaire » pour du bon pain ?)
« Sur le terrain, les équipes du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) présentes en Syrie et dans les pays voisins sont prêtes à acheminer l’aide humanitaire. Mais pour l’agence onusienne, les espoirs d’une trêve humanitaire suscités par la résolution du Conseil de sécurité « se sont transformés en illusions ». » [Idem.]
Oui, parce que la Résolution 2401 excluait de la trêve les organisations terroristes au service de la coalition et que, tant que celles-ci ne seront pas éradiquées, les bombardements ne peuvent cesser.

D’ailleurs, l’armée syrienne sait très bien ce qu’il en est sur le terrain et à qui elle a affaire…
« En réponse à ce sombre tableau, la République arabe syrienne a réitéré son opposition à la tenue du débat urgent au Conseil des droits de l’homme, estimant qu’il faisait suite à une requête injustifiée. Selon l’ambassadeur syrien, Hussam Edin Aala, de tels débats encouragent « les groupes terroristes », tandis qu’au contraire son gouvernement a appelé la population civile à évacuer la Ghouta orientale, a pousuivi le représentant syrien. » [Idem.]
Chat échaudé craint l’eau froide”… L’armée syrienne se souvient d’Alep.
Et le Royaume-Uni peut toujours se plaindre…
« Au Conseil des droits de l’homme, le Royaume-Uni a déposé un projet de résolution réclamant l’application de la résolution adoptée samedi par le Conseil de sécurité qui réclame un cessez-le-feu immédiat de 30 jours dans l’ensemble de la Syrie. » [Idem.]
…le Conseil de sécurité a voté la Résolution 2401… avec l’article 2. Pourquoi le Royaume-Uni veut-il déposer un autre projet de résolution ? Pour enlever cet article 2 qui empêcherait l’armée syrienne de libérer la Ghouta orientale de la présence terroriste ?

L’ONU, comme les États occidentaux, a cette fâcheuse habitude de considérer qu’un vote de Résolution, qui ne va pas dans le sens de la politique occidentale, doit être suivi d’un autre vote d’une autre Résolution.

Suite : IV. 108 – La difficile évacuation des civils de la Ghouta orientale (Syrie)

Françoise Petitdemange
11 mars 2018


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.