Une France à refaire… si possible

A chacun(e) d'y contribuer

Le mal secret de l’Allemagne hitlérienne, selon Ernst Nolte : la trouille

Le passé plus récent de l’Allemagne ne paraissait pas lui-même pouvoir échapper au très douloureux questionnement que le nazisme appelait. Ernst Nolte nous le dit :
« La thèse qui donna lieu aux distorsions les plus passionnées était celle de l’historien Fritz Fischer, de Hambourg, selon qui même le chancelier du Reich de 1914, Théobald von Bethmann-Holweg, dont on avait souvent loué l’amour de la paix et que l’on considérait comme une « figure tragique », avait en réalité été très proche des impérialistes pangermanistes et que, tout bien considéré, on devait attribuer à l’élite dirigeante du Reich allemand la responsabilité principale, pour ne pas dire l’unique responsabilité, dans le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Bethmann-Holweg, par conséquent, avait les traits d’un Hitler inachevé, et les deux Guerres mondiales apparaissaient comme des étapes logiques dans une histoire nationale marquée par la faute et la culpabilité. » (page 16)

Bethmann-Holweg

Théobald von Bethmann-Holweg

Et voici l’axe de recherche dont enfin Ernst Nolte a réussi à s’affranchir pour son plus grand bonheur et pour celui, peut-être, de l’Allemagne de demain :
« […] ce n’est pas par le biais de Bismarck et de Bethmann-Holweg que j’ai cherché à m’ouvrir la compréhension de Hitler et du national-socialisme, mais par celui de Mussolini – et de Charles Maurras. » (page 16)

Arrivés à la case « Maurras », nous pouvons effectuer, avec Nolte, une très jolie pirouette qui ne requiert pas la moindre explication, paraît-il :
« Les sensations premières et fondamentales de Hitler comme de Maurras n’étaient pas, à mes yeux, la « haine » mais la « peur », et je ne concevais pas cette peur comme une velléité individuelle mais bien comme le caractère de toute une époque. » (page 18)

Peur planétaire, peut-être… Mais de quoi?

Suite : Le mot plutôt que la chose, ou comment se construit un discours historique pervers

     Michel J. Cuny


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :