Laisser croire au peuple qu’il est représenté : telle est l’habileté de la classe la moins nombreuse mais la plus riche de la société

Vers la fin du XVIIIème siècle, la colère était montée dans cette classe obligée de vendre sa force de travail pour vivre, de n’être pas ou plus propriétaire de ses moyens de production et d’échange. L’agitation avait grandi et des manifestations avaient eu lieu : des heurts avec les troupes royales avaient fait des morts dans la population. Et quand il y a des morts dans les milieux laborieux, les propriétaires tremblent.

Emeutes à Paris, 27-28 avril 1789
  Emeutes à Paris, 27-28 avril 1789

Le 28 avril 1789, le chevalier de Moret avait adressé une lettre à Necker : « Permettez qu’au sujet de l’émeute qui s’éleva hier dans cette classe du tiers état de la ville de Paris, dont les individus paient au-dessous de six livres de capitation, j’aie l’honneur de vous représenter que ladite classe est sans contredit la plus nombreuse de la capitale, la plus utile et la plus précieuse à l’État. C’est elle en un mot qui, convertissant en or les matières les plus abjectes, est l’âme du commerce, donne l’existence et enrichit l’autre classe du tiers état ; que ce premier attroupement pourrait bien n’être que le prélude d’une insurrection générale de ladite classe […]. Ce sont les seuls citoyens du royaume qui ne seront pas représentés dans l’Assemblée des états généraux, ou qui le seront contre leur gré par les députés de la classe du tiers état, dont les individus paient six livres de capitation et au-dessus, et dont les intérêts sont totalement différents et mêmement opposés, ceux-ci ayant le plus grand intérêt à conserver les autres dans leur dépendance et dans leur servitude. » [Cité par Michel J. CunyFrançoise Petitdemange, Le Feu sous la Cendre, Éditions Cuny-Petitdemange 1986, page 115.] 

Cet ouvrage, ne parle-t-il que du passé ? Voire…

Il n’est que d’analyser l’origine professionnelle des prétendu(e)s représentant(e)s du peuple à l’Assemblée Nationale et au Sénat de 2015 pour répondre à la question…

Françoise Petitdemange

Suite : De Jeanne d’Arc à Emmanuel Macron 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s