Des lendemains qui ne devraient peut-être qu’assez difficilement chanter ?

Comme nous l’avons vu dans le précédent billet, dès 1858 Karl Marx donnait pour « tâche propre » à la « société bourgeoise » « l’établissement du marché mondial » et « d’une production fondée sur cette base ». C’est tout juste ce que nous appelons la « mondialisation »… L’auteur du « Capital » s’inquiétait de ce que, sans cela, la révolution prolétarienne qu’il voyait imminente … Lire la suite Des lendemains qui ne devraient peut-être qu’assez difficilement chanter ?

Le monde du travail tel qu’il apparaît sur la console de jeu de la finance internationale

Depuis qu’après l’implosion de l’URSS, les travailleurs des pays capitalistes occidentaux ont abandonné à leurs bourgeoisies respectives, elles-mêmes tenues d’une main ferme par la finance internationale, le terrain conquis grâce aux sacrifices de plusieurs générations de travailleurs et de combattants, de travailleuses et de combattantes soviétiques, l’Organisation internationale du travail n’est plus que la console de … Lire la suite Le monde du travail tel qu’il apparaît sur la console de jeu de la finance internationale

La voie était ouverte depuis longtemps pour « les droits de l’homme à coups de fusils »

Dans la thèse de doctorat intitulée « De l’obsession sécuritaire européenne au besoin de prospérité maghrébin : plaidoyer pour un réel dialogue euro-maghrébin« ,qu’elle a présentée et soutenue publiquement le 4 décembre 2008, Nora Méniaoui rapporte tout d’abord les propos tenus en 1992, par Abel Matutes, Commissaire européen alors chargé des relations avec le bassin méditerranéen : … Lire la suite La voie était ouverte depuis longtemps pour « les droits de l’homme à coups de fusils »