Mai-Juin 1976 : Michel J. Cuny – Françoise Petitdemange à l’assaut du silence


Sur le numéro des Annonces des Hautes-Vosges daté du 30 mai 1976, mais avec effet rétroactif sur les jours immédiatement précédents, cet encart apparaissait dans l’emplacement réservé à la localité concernée qui était également celle où l’hebdomadaire était imprimé sur les machines de son directeur de publication, René Fleurent :

Le record de moins de dix personnes établi deux semaines plus tôt à Saulcy-sur-Meurthe ne serait pas battu… Voici encore Corcieux (4 juin 1976) et Bruyères (10 juin 1976)… Aurions-nous même pu entamer une partie de belote ?… Pas si sûr.

 

 

 

 

 

 

 

Et encore Anould (11 juin 1976)…

Et puis soudainement ceci, qui nous a tellement fait chaud au coeur…

Rien que pour donner un ordre de grandeur, j’indiquerai ici le nombre actuel d’habitants de chacune des localités concernées, tour à tour, par nos conférences : 

                                                                     – Saulcy-sur-Meurthe : 2100
                                                                     – Fraize : 3000
                                                                     – Corcieux : 1600
                                                                     – Bruyères : 3400
                                                                     – Anould : 3400.

Le dimanche 4 juillet 1976, voici ce qui paraissait dans les Annonces des Hautes-Vosges :

Quarante-deux ans plus tard, nous croyons avoir gardé le souvenir d’une dizaine de lettres, et puis de quatre ou cinq visites à notre domicile déodatien qui était désormais connu. Et surtout… rien de négatif. C’est alors que nous avons commencé à espérer. A espérer que le désastre ne se produirait pas.

Eh bien voilà, c’est fait : le désespoir y est… Et, pour celles et ceux qui connaissent bien les chiffres de l’économie française et les endroits où cela frappe et frappera longtemps encore, il est très clair qu’il va y avoir du sport, et du très triste.

Michel J. Cuny

Clic suivant :
Michel J. Cuny : la littérature peut-elle comporter un certain sérieux ?


Une réflexion sur “Mai-Juin 1976 : Michel J. Cuny – Françoise Petitdemange à l’assaut du silence

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.