Libye : Le professeur Montagnier en route vers le pire

L’Histoire nous dira peut-être un jour pourquoi le professeur Montagnier a pareillement dérapé dans l’affaire des enfants libyens contaminés par le sida. La raison d’État lui a-t-elle crié un peu fort aux oreilles ?

Montagnier

Luc Montagnier

En tout cas, le voici tel que, lamentable, le rapporteur Poniatowski nous le livre :
« Le professeur Montagnier s’est lui-même rendu avec le docteur Gustavo Gonzalez en mission à l’hôpital El-Fateh en juin 1999, à l’invitation du ministre libyen de la santé, le professeur Hetowish Faraj Hetowish. A l’issue de cette visite, ils ont remis au ministère libyen un premier rapport dans lequel ils mettaient l’accent sur les probables fautes d’hygiène commises résultant d’un certain laxisme quant au respect des précautions habituelles. »

« Probables »… deuxième couche. Avait-on besoin d’un éminent spécialiste du sida pour aboutir à une pareille conclusion ? Et rien que « probable ». La vérité, toute la vérité, rien que la vérité… La vérité, même la plus minuscule, la plus insignifiante, peut-elle se contenter d’être « probable » ? N’est-ce pas la faire se trahir elle-même que d’admettre d’intégrer, dans son dire, une probable erreur. Que devient la vérité elle-même, si elle est passible d’un tel traitement ?

Montagnier s’en fout… Très visiblement. Il se contente de cautionner du probable quand il s’agit de centaines d’enfants contaminés…

Basta ! Faute de pouvoir étudier sa petite personne de façon plus détaillée, laissons-lui le sida… dont il faut bien qu’il fasse ses choux gras. Comme d’autres avec le cancer. Et puis toute cette médecine qui n’est surtout pas ce qu’un peuple anesthésié par le charlatanisme généralisé voudrait croire. Même à travers le Médiator, il n’y a vu que du feu, ce bon peuple, tandis qu’on lui retire des mains, un peu plus chaque jour, cette banque qu’il a payée de son travail de plusieurs décennies et où il avait laissé ses économies : la Sécurité sociale. (Voudra-t-on en savoir plus, que l’on pourrait toujours se référer à : http://unesanteauxmainsdugrandcapital.hautetfort.com)

Cependant Axel, qui n’en est pas à une probabilité près, s’engage sur le boulevard que lui ouvre la veulerie d’un Montagnier. Derrière ce gaillard-là, il doit certainement y avoir, selon Poniatowski, la collectivité entière des grands experts internationaux :
« À cette date, en juin 1999, les infirmières bulgares et le médecin palestinien arrêtés début février 1999, étaient toujours en détention – leur procès s’ouvrira le 7 février 2000 – mais l’on pouvait raisonnablement supposer que les conclusions auxquelles étaient parvenus les plus grands experts internationaux mandatés par les Libyens eux-mêmes permettraient un dénouement rapide et la libération de ces malheureux injustement emprisonnés. »

Peut-on croire que le silence des experts (cf. le paragraphe suivant) valait confirmation d’une innocence, qui aurait été criante de vérité, des infirmières et du médecin dont on ne sait encore rien de ce qu’ils seront susceptibles de dire en présence de leurs juges. Mais pour Axel au nez si fin, le procès est jugé avant d’avoir eu lieu… Cet homme-là est-il toujours aussi débonnaire ? Qu’il arrive à l’un de ses proches pareil malheur, laissera-t-il si facilement s’évanouir le temps de la justice des hommes ?

« On pouvait raisonnablement supposer », dit-il. C’est bien toujours du Montagnier : impossible d’en douter. Mais pourquoi donc le rapport des trois experts OMS venus d’Egypte est-il demeuré confidentiel ? Pourquoi la Commission d’enquête n’a-t-elle pas pu en avoir communication ? Pour laisser à Montagnier la possibilité de le traduire dans son langage de faussaire ?

Et pourtant, en sa qualité de sommité mondiale du sida, ce triste sire n’a pas encore fini de glisser sur la pente qui le conduira là où jamais personne n’aurait pu croire le retrouver un jour.

J’en parlais encore il y a quelques semaines avec mon médecin traitant qui ne parvenait pas à comprendre ce qui avait bien pu se passer ? Quelle force avait pu jeter aussi bas un homme d’une telle réputation ?… Montagnier… Mais ce n’est pas possible ! Si, si, la vidéo est toujours sur le site de l’Assemblée nationale (décembre 2014).

(référence permanente à propos de la Libye de Muammar Gaddhafi :
http://www.francoisepetitdemange.sitew.fr)

Michel J. Cuny

Pour reprendre cette analyse par le début, cliquer ici

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s