Libye : des enfants infectés comme s’il en pleuvait !

C’est au moment où nous abordons la fin de la cinquième page A4 du rapport de la Commission d’enquête que nous arrive enfin l’information principale qui relègue bien loin derrière elle les prétendues souffrances des infirmières bulgares et du médecin d’abord palestinien.

Voici ce qu’écrit Axel Poniatowski :
« L’épidémie est découverte au cours de l’année 1998, lorsque plusieurs cas d’infection par le VIH sont diagnostiqués chez des enfants qui avaient été admis à l’hôpital pédiatrique El-Fateh de la ville de Benghazi, en Cyrénaïque au Nord-Est de la Libye. L’infection par le VIH y a rapidement pris une ampleur inquiétante avec, dans un premier temps, près de 350 cas recensés. »

350 cas recensés… dans un premier temps. Une bagatelle, bien sûr.

Qui ne peut s’expliquer que par le délabrement de l’établissement, et par des mesures d’hygiène insuffisantes. Tout cela, c’est du russe, du roumain, du libyen, etc…

Redisons-le : dans un seul hôpital. Nulle part ailleurs en Libye. Avec une accélération telle qu’en quelques semaines… Très sale, très sale, l’hôpital… Acharné sans doute, l’honnête personnel, à se refiler, sans le savoir, des seringues contaminées toutes seules par le virus du sida…

Voici d’ailleurs le témoignage du vrai héros au beau milieu de cette Libye barbare, de cet homme dont le drame renvoie très loin dans l’insignifiance les centaines d’enfants dont quelques dizaines sont déjà morts depuis bien longtemps quand lui se lamente à n’en plus finir :
« Pendant trois ans, je mourais toutes les heures à cause d’une accusation injuste. »

C’est le brave Axel qui s’en fait le dévoué porte-parole :
« Au cours de son audition par la commission d’enquête, le docteur palestinien Ashraf Al Hajuj, en stage alors à l’hôpital El-Fateh, a raconté comment il avait pris conscience de l’épidémie au cours de l’été 1998 : « Le premier cas de contamination par le virus du sida a concerné un enfant de sept mois qui avait subi une intervention chirurgicale sur ses reins en Égypte. Je me souviens que c’était le premier enfant dont le lit portait la mention « Infecté par le virus du sida ». « Il avait été admis à la fin du mois de juin […]. Fin août 1998, des rumeurs ont commencé à courir dans les rangs des médecins sur l’existence d’un certain nombre de cas d’infections par le virus, mais personne ne savait dans quelle chambre, dans quel lit ou même dans quel service on pouvait trouver ces cas ».  »

Étrange, hein ? Décidément le bazar, dans cet hôpital… Même une chatte n’y retrouverait pas ses petits, sida ou pas. En tout cas, le docteur Ashraf Al Hajuj n’a manifestement pas perdu le nord. Il peut vous le dire, lui : le premier cas concernait un enfant qui avait été opéré en Egypte. Or, nous n’allons pas tarder à apprendre que lui-même est également originaire de ce pays-là, et que…

Ce qui se recoupera avec ce qu’Axel nous débite maintenant (nous en reparlerons en temps voulu) :
« En effet, en août 1998, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) procure aux autorités de santé libyennes des kits de test ELISA afin de procéder à un dépistage général parmi les enfants ayant fréquenté l’hôpital El-Fateh pendant l’année écoulée. Cette campagne de dépistage montre que 393 enfants sont contaminés par le VIH. » 

À l’hôpital de Benghazi, le capharnaüm était sans doute un vrai chef-d’œuvre puisque le rapporteur doit en convenir à propos de ces pauvres enfants :
« Chez la plupart d’entre eux, hospitalisés pour d’autres affections ou des interventions chirurgicales, cette infection nosocomiale s’est accompagnée de co-infections par les virus des hépatites B et C. Les jeunes victimes étaient alors âgées de quelques mois à douze ans. »

En tout cas, voici un rapport qui est très bien fait. Gare aux surprises !

Michel J. Cuny

Clic suivant : Libye – Il y avait pourtant un cadavre dans le placard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s