Rien qu’une petite affaire de signature

Dans la nuit du 17 au 18 juin 1940, le préfet Jean Moulin est gentiment occupé à se trancher la gorge : il ne s’agit pour lui que d’interdire à sa main d’apposer une signature au bas du document ignoble préparé par l’ennemi allemand. Cette main, pour autant qu’elle est encore dans la dépendance d’une volonté dont … Lire la suite Rien qu’une petite affaire de signature