Libye

D’où vient que la France, par ses présidents, ait pu descendre si bas, en ce début de XXIème siècle, jusqu’à faire, en 2011, la guerre à un pays qui ne l’avait en rien menacée, en bombardant une population qui avait fait passer son pays, la Libye, qui était, en 1969, le pays le plus pauvre de la planète, à un pays qui était devenu le plus riche du continent africain mais aussi le plus démocratique du monde.
Si la révolution française de 1789 avait été faite au profit quasiment exclusif de la bourgeoisie et au mépris du peuple, la Révolution du 1er Septembre 1969, en Libye, l’avait été par des hommes issus du peuple et avait permis à ce peuple d’avoir une vie meilleure. La grande bourgeoisie française avait voté la mort du roi : Louis XVI avait eu la tête tranchée par la guillotine ; la reine Marie-Antoinette et certains autres membres de la famille royale subiraient le même sort. Alors qu’en Libye, dans ce pays africain, arabo-musulman, la centaine de révolutionnaires mettrait un point d’honneur à ne pas faire couler une goutte de sang et à traiter le roi Idriss 1er et sa famille le plus humainement possible : le roi mourrait, certes en exil dans le pays voisin, mais dans son lit, à un âge très avancé.
Le peuple libyen, lui, a vécu les quarante-deux années de révolution dans une prospérité croissante : jusqu’en 2011, il n’émigrait pas comme d’autres populations qui fuient le continent africain en espérant trouver un sort meilleur sur le continent européen. En décembre 2010, la Libye était le pays le moins endetté du monde ; de plus, elle détenait une masse d’or considérable relativement au nombre de ses habitant(e)s.
Depuis 1999, le peuple libyen, par son Guide révolutionnaire, Muammar Gaddhafi, préparait activement, en liaison avec les chefs des autres pays africains et avec les populations, la création des Etats-Unis d’Afrique.

Suite FP : Libye révolutionnaire (1969-2011)

Suite MJC : Affaire des infirmières bulgares…

Michel J. Cuny – Françoise Petitdemange

Publicités