18. La trahison manifeste de l’équipe française au pouvoir

(Documentaire sur la Libye d’A. Vitkine, diffusé sur France 3, le 9 avril 2015. Analyse.)

XVIII 1 - Un brasero dans la tente bédouine à Paris, décembre 2007

Un brasero dans la tente bédouine, à Paris, décembre 2007

Vue sur le brasero et la tente. Des Femmes en armes veillent… Voix off : « De l’autre côté de la rue, pour le dictateur, c’en est trop. Il attendait que cette visite consacre sa respectabilité. Au lieu de cela, on l’injurie. On le juge pitoyable. Il soupçonne le président lui-même de le trahir. Car, enfin, un ministre, peut-il agir sans l’accord de son chef ? Devant ses conseillers, il entre dans une colère terrible. »

XVIII 2 - Ahmed Gaddhaf El Dam

Ahmed Gaddhaf El Dam

Ahmed Gaddhaf  El Dam (conseiller de Muammar Gaddhafi) : « Kadhafi a été trompé par Sarkozy. Lui était clair comme de l’eau de roche et Sarkozy s’est comporté avec fourberie. »
La diplomate libyenne, Zohra Mansour, dira plus tard au sujet de ces étranges comportements d’alors : « C’était une attitude contraire à toute diplomatie. Pour nous, musulmans et diplomates, c’était un comportement inadmissible. »
Ahmed Gaddhaf El Dam soulèvera lui aussi un problème crucial : « S’il le détestait, pourquoi l’invitait-il en France ? l’accueillait-il chaleureusement ? Pourquoi était-il venu le visiter en Libye ? Tout ça, c’était de l’hypocrisie, [de l’hypocrisie]. » Ahmed Gaddhaf El Dam répète (ce qui n’est pas traduit) : « de l’hypocrisie ». Il est désolé…

En fait, les hommes et femmes politiques français(es), à la tête d’un pays capitaliste endetté jusqu’au cou, ne pouvaient ignorer le faible endettement de la Grande Jamahiriya Arabe Libyenne Populaire Socialiste, et n’étaient intéressé(e)s que par une seule chose : faire signer à la Libye des contrats.

Le président Sarkozy, dans un salon de l’Élysée, se trouve face à la presse.
Voix off : « La situation s’envenime encore lorsque le président tente désespérément de désamorcer la polémique qui agite la France. »
Nicolas Sarkozy : « C’est bien beau les leçons de droits de l’homme et les postures entre le Café Flore et le Zénith. Mais ces postures… elles sont restées pendant huit ans, ces malheureuses infirmières. J’ai dit au président Kadhafi combien il fallait continuer à progresser sur le chemin des droits de l’homme, dans tous ses aspects, tout ce qu’il restait à faire. » (Peu d’applaudissements.) Même le président français est ignorant du statut de Muammar Gaddhafi !

Voix off : « Maintenant, ce président lui fait publiquement la leçon. La coupe est pleine ». Muammar Gaddhafi se rend, de sa tente au palais de l’Élysée, portant lui-même son parapluie. Quel « dictateur » porterait son parapluie et se déplacerait ainsi, accompagné d’un seul homme : un Africain à la peau noire ?
Voix off : « La vengeance est un plat qui se mange froid. Aussi, le dictateur ne laisse rien paraître de son courroux lorsqu’il va retrouver son hôte. »
Jean-Luc Sibiude (ambassadeur de France en Libye) : « Le dernier entretien qui s’est fait… Sarkozy a tenu à le recevoir. Je ne sais plus très bien. Mais, en tout cas, c’est le président Sarkozy qui lui a dit : « Je suis désolé si la presse vous a mal accueilli », etc. Et Kadhafi, très grand seigneur, lui a répondu : « Mais, écoutez, ça, vous n’y êtes absolument pour rien. La presse est libre dans votre pays. » Il a dit : « C’est votre problème ; la presse française, ce n’est pas mon problème. Moi, je vais faire une virée avec la mienne, à mon retour, mais je n’ai aucun souci. » Il l’a même dit en plaisantant : « Je n’ai aucun souci avec ma presse. » (Jean-Luc Sibiude rit de bon cœur.)

XVIII 3 - Lors de son voyage à Paris, décembre 2007. A propos des droits de l'homme... (cd'é FP)

Lors de son voyage à Paris, décembre 2007.
À propos des droits de l’homme…

Voix off : « Justement, la presse française à laquelle il a promis une interview va être l’instrument de sa vengeance. » Dans la tente de Muammar Gaddhafi, le journaliste, David Pujadas, pose une question : « Alors, cette visite, en France, provoque, ici, un un vif débat et le boycott de certains élus, comment réagissez-vous à cette controverse ? » Muammar Gaddhafi : « En fait, je ne suis pas au courant. Je n’ai pas lu la presse et je n’ai pas la télévision. » Le journaliste pose une autre question : « Le président Nicolas Sarkozy a indiqué, hier, qu’il vous avait demandé de progresser sur le chemin des droits de l’homme. » Muammar Gaddhafi : « Non, non, moi et le Président Sarkozy, nous n’avons pas évoqué ces sujets. Nous sommes des amis, nous coopérons… » Tout ce que dit Muammar Gaddhafi n’est pas traduit… Étrange… Le journaliste : « Ça n’a pas été évoqué ? » Muammar Gaddhafi : « Absolument pas, pas un instant. »

Suite : 19 L’UPM (Union Pour la Méditerranée), 13 juillet 2008 : une règle du jeu modifiée

Françoise Petitdemange


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.