Quand les sans-domicile-fixe sont la preuve vivante qu’en France l’immobilier est très solide…

« L’Allemagne victorieuse de la Seconde Guerre mondiale ? » (document n° 22)
[Pour revenir au document n° 1, cliquer ici]

Reprenons la situation de l’économie française telle qu’Alexandre Mirlicourtois nous la livre en mai 2012 en développant l’exemple, qui lui paraît très cruellement significatif, de l’automobile…

« Il y dix ans, l’Allemagne et la France étaient au coude-à-coude respectivement 3e et 4e producteurs automobiles au monde, derrière les Etats-Unis et le Japon. Aujourd’hui, l’Allemagne est 4e et la France n’est plus que dixième. Les chiffres sont cruels : sur cette période, la production a augmenté de 11% en Allemagne, alors qu’elle s’effondrait de 37% en France. »

Quant à la partie de cette production automobile qui devait entrer dans les chiffres du commerce extérieur, elle révèle, de façon plus accentuée encore, les divergences d’évolution entre les deux pays sur la période récente… Alexandre Mirlicourtois en est lui-même catastrophé…
« L’excédent allemand dans l’automobile frôle les 110 milliards d’euros quand la France à un déficit proche de 9 milliards d’euros dont plus de 7 milliards liés au seul commerce avec l’Allemagne. C’est plus des trois-quarts ! »

La conclusion de l’analyste est accablante :
« La France a indéniablement été la grande perdante de la stratégie allemande. C’est le pays qui s’est le plus désindustrialisé. C’est le pays dont la balance commerciale s’est la plus dégradée. »

Et cela ne lui apparaît pas seulement comme un mauvais moment à passer :
« La stratégie de l’alignement sur les positions Allemandes, et de l’imitation du « modèle allemand » est une impasse. Poursuivre dans cette voie, c’est accentuer davantage encore la concurrence fiscale et sociale au sein de l’Europe. Un cercle vicieux du tous contre tous qui conduit tout droit à la catastrophe, y compris pour l’Allemagne. »

Quoi qu’il en soit, pour une grande partie de la population française, mais aussi de la population allemande, la catastrophe est déjà là… Il nous faut maintenant voir si elle ne nous vient pas de bien plus loin qu’il n’y paraît… Et, dans cette perspective, il est tout à fait possible que le simple fait d’avoir à commenter le travail d’Alexandre Mirlicourtois et, bientôt, celui d’Olivier Passet, soit extrêmement instructif, ainsi que nous avons déjà pu le constater à travers cette première vingtaine d’articles… Go on !

Or, nous voici arrivé(e)s à la vidéo publiée par notre analyste le 7 juin 2012 sur le site de Xerfi Canal (https://www.xerficanal.com/). Après avoir pris connaissance de la situation extrêmement douloureuse de la production française, nous atteignons un pôle doté d’une solidité certaine. C’est du moins ce que le titre de la présente intervention semble nous dire : « Immobilier : gel des transactions, baisse des prix, mais pas de krach en vue » Et pourtant Alexandre Mirlicourtois entame son propos d’une façon qui n’est pas spécialement rassurante :
« Deux coups de tonnerre sur le marché de l’immobilier. Pour lutter contre l’emballement des prix des loyers le gouvernement entend dès la rentrée prochaine bloquer par décret les tarifs à la relocation des logements. Mais encore plus fort même à Paris, les prix à la vente baissent. Et une fois n’est pas coutume, la capitale est au diapason du marché national : à Paris comme en province les prix ont reculé de 1% sur les trois premiers mois de l’année par rapport au 4ème trimestre 2011. »

Serait-ce le début d’une véritable tempête sur l’immobilier ? La présidence de la république est alors occupée par François Hollande et le gouvernement Ayrault est à la manœuvre du côté des locataires, à ce qu’il semble…
« Pas moins de trois réformes sont en gestation. La première porte sur un encadrement partiel des loyers. Avec cette disposition, les propriétaires ne pourront plus profiter d’un changement de locataire pour augmenter le loyer à leur guise : le nouvel entrant sera soumis au même tarif que le sortant. »

La suite apparaît comme décidément orientée de la même façon :
« La deuxième pourrait supprimer le congé pour ventes, c’est-à-dire la possibilité pour un propriétaire de donner congé à un locataire pour vendre le logement (une pratique très courante lors des ventes à la découpe). Et la troisième concerne l’équipement des communes en logements sociaux. »

Toutes mesures susceptibles de venir troubler la sacro-sainte loi de l’offre et de la demande, mais dont les effets, selon Alexandre Mirlicourtois… 
« ne sont pas assez puissants pour inverser fondamentalement la tendance. Non, le plus préoccupant actuellement, c’est le mélange entre d’un côté une partie de la demande qui fait défaut en raison d’un environnement économique et financier très dégradé et, de l’autre, l’attitude des banques. Des banques de plus en en plus avares en crédits habitats. »

Les banques, le crédit, la confiance… Et nous voici retombé(e)s dans de bien mauvaises perspectives de cet autre côté de l’économie française… À moins que les banques…

Mais justement…
« C’est un fait, les prêts immobiliers s’effondrent. Avec 6,8 milliards d’euros de crédits accordés en mars, le décrochage est spectaculaire. Il atteint 45% par rapport à janvier. Et le bilan du 1er trimestre est tout simplement catastrophique : 26,5 milliards d’euros de prêts ont été accordés sur la période. »

Coup de frein dont il faudrait donner la responsabilité principale aux banques…
« C’est indéniable, les conditions bancaires se sont durcies. Pour faire bref, les dossiers passent de plus en plus mal et les refus sont de plus en plus nombreux. »

Et pourtant nous allons voir que le marché immobilier dispose d’amortisseurs très efficaces… jusqu’à preuve du contraire.

Michel J. Cuny

Document n° 23…
La rente foncière et immobilière… Comment ça marche ?


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.