La destruction de la Libye… par une France malade d’un passé qui ne passe pas…

« L’Allemagne victorieuse de la Seconde Guerre mondiale ? » (document n° 4)
[Pour revenir au document n° 1, cliquer ici]

Pour quelles raisons Nicolas Sarkozy a-t-il choisi de lancer, en 2011, l’aviation de la France sur la Libye de Muammar Gaddhafi ? Pourquoi détruire l’Etat libyen et faire assassiner, de façon ignominieuse, le guide d’une révolution qui avait fini par produire une sorte de miracle économique, culturel et financier dont il était très clair qu’il allait essaimer tout autour de lui, et spécialement… au Mali ?

Parce que, depuis longtemps, la France est aux abois… et que ses dirigeants ou prétendus tels, de quelque bord qu’ils soient, se gardent bien de dire au peuple français à quel point toutes celles et tous ceux qui ont besoin de travailler pour vivre ont été trompé(e)s depuis quelques décennies, et, plus précisément, depuis le temps du Front populaire (1936-1937)…

Muammar Gaddhafi est donc mort à Syrte le 20 octobre 2011…

Oublions tout cela… et reprenons le fil de l’analyse de l’économie mondiale telle qu’Alexandre Mirlicourtois (https://www.xerficanal.com/) nous la propose dans une vidéo datée du  17 mars 2011… Nous sommes là six jours après la catastrophe nucléaire de Fukushima (11 mars 2011), une occasion de regarder de près l’histoire économique récente du Japon et d’en mesurer certains travers. Pour notre part – et nous allons bientôt voir pourquoi -, nous nous en tiendrons à ce tout petit morceau extrêmement significatif :
« Il ne faut pas oublier non plus que l’accumulation des excédents commerciaux permet au Japon d’occuper la troisième place au palmarès des exportateurs mondiaux de capitaux, derrière la Chine et l’Allemagne. »

« Exportateurs mondiaux de… capitaux »… les deux principaux vaincus de la Seconde Guerre mondiale, et en compagnie désormais d’un pays qui ne prêtait guère qu’à rire après tout ce que les Japonais lui avaient fait subir durant cette même guerre et dans diverses autres circonstances !…

Sans doute la France ne pouvait-elle que trépigner, de son côté, à l’idée de pouvoir exporter, elle, ses… propres bombes sur la tête du peuple libyen. Qu’au moins, cela serve à quelque chose !… depuis qu’en Indochine (Diên Biên Phu, 1954), on s’est si bien fait casser…

Et c’est alors que nous nous retournons vers le Conseil de sécurité de l’ONU… pour constater que, ce même 17 mars 2011, il vote une résolution qui vise… la Libye.

Il la vote, certes, majoritairement… Mais il y a là trois pays qui décident de s’abstenir… Deux de ces réfractaires font partie, avec les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France, des cinq membres permanents de cet organisme : il s’agit de la Russie et de la… Chine, et puis, il y en a un troisième qui se trouve là un peu par hasard… quand le hasard se décide à bien faire les choses : c’est l’Allemagne… qui a bien senti le coup venir, connaissant parfaitement son Sarkozy et les gens d’influence qui étaient susceptibles d’aller le faire marcher droit vers un crime de dimension internationale dont il faudra, à la France, payer le prix tout au long des décennies qui viennent…

Car, de ce crime, l’Allemagne n’en était pas !…

Tiens, au fait, que disait-elle donc, la résolution du Conseil de sécurité sur laquelle nos voisins d’Outre-Rhin se sont abstenus ? et sur laquelle le fêlé Sarkozy s’est appuyé pour protéger la population libyenne à la façon dont les documents (cf. la photographie qui accompagne ce texte) en font foi désormais pour l’Histoire ?… Grosses, les bombes sur Syrte, alors qu’il ne s’est finalement agi que de découper Muammar Gaddhafi au couteau de cuisine…

Commençons par ce considérant-là… qui prend un air sinistre désormais, tandis que l’infâme Sarkozy court toujours…
« Condamnant la violation flagrante et systématique des droits de l’homme, y compris les détentions arbitraires, disparitions forcées, tortures et exécutions sommaires. »
(https://undocs.org/fr/S/RES/1973(2011))

Passons aux articles de la résolution, et nous butons déjà sur le premier :
« 1. Exige un cessez-le-feu immédiat et la cessation totale des violences et de toutes les attaques et exactions contre la population civile. »

On voit comment il a fait doucement rigoler l’aviation française… que ce soit à Syrte ou ailleurs en Libye…

Passons à l’article 4 :
« Autorise les États Membres qui ont adressé au Secrétaire général une notification à cet effet et agissent à titre national ou dans le cadre d’organismes ou d’accords régionaux et en coopération avec le Secrétaire général, à prendre toutes mesures nécessaires, nonobstant le paragraphe 9 de la résolution 1970 (2011), pour protéger les populations et zones civiles menacées d’attaque en Jamahiriya arabe libyenne, y compris Benghazi, tout en excluant le déploiement d’une force d’occupation étrangère sous quelque forme que ce soit et sur n’importe quelle partie du territoire libyen […]. »

On le voit : le Conseil de sécurité (et nous comprenons mieux l’abstention de l’Allemagne) tend la perche à qui voudra bien s’en saisir : il est inutile, évidemment, d’attendre la moindre preuve d’une exaction quelconque commise par l’Etat libyen : il suffit qu’on puisse se sentir « menacé »… Dès ce moment, si ce n’est la « force d’occupation étrangère » agissant au sol… ce pourra être l’aviation de bombardement (que l’article 4 a la prudence de ne pas interdire ici)… et ensuite… le couteau de cuisine…

Dans ce contexte, l’article 6 est carrément à mourir de rire, puisque c’est tout le contraire de ce que la France va faire…
« Décide d’interdire tous vols dans l’espace aérien de la Jamahiriya arabe libyenne afin d’aider à protéger les civils. »

Et cela ne pouvait évidemment pas empêcher l’aviation française d’aller les saigner à blanc…

De la belle ouvrage, en vérité… Et c’est bien la France tout entière qui a glissé dans le ruisseau à Syrte et ailleurs… Ailleurs ? Mais oui… Remplaçons maintenant le « t » de ce dernier mot rien que par un gentil petit « i », et nous avons la suite… ou rien qu’une partie de la suite…

Encore un petit mot, rien que pour la route : Alger, je t’en supplie, sois prudente !…

Michel J. Cuny

Document n° 5…
Cette France de Sarkozy qui voulait se venger du gros coup qu’elle venait de prendre sur la tête


Une réflexion sur “La destruction de la Libye… par une France malade d’un passé qui ne passe pas…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.