Entre l’hospitalité soviétique et les charmes nazis, le sioniste Margolin n’hésite pas une seconde

Nous avions vu que, mécontents du menu qui leur était proposé au même titre qu’aux ouvriers soviétiques, les Polonais qui avaient émigré à Pinsk pour y trouver du travail avaient décidé de quitter soudainement leur emploi… Les voici arrivés dans la principale ville de la Biélorussie occidentale. Margolin nous raconte la suite : « À Minsk, ils … Lire la suite Entre l’hospitalité soviétique et les charmes nazis, le sioniste Margolin n’hésite pas une seconde